De l’envoyée spéciale de l’APS, Adama Diouf Ly

Addis-Abeba, 17 nov (APS) – La Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations unies a assuré les pays africains, vendredi, à Addis-Abeba, de son soutien à l’élaboration des stratégies nationales et régionales en vue de la construction de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

‘’La bonne nouvelle, c’est que la zone de libre-échange continentale africaine a le potentiel de transformer la situation économique de l’Afrique’’, a souligné le secrétaire exécutif de la CEA, Claver Gatete, lors des travaux de la 18e conférence économique africaine.

La Zlecaf peut améliorer les services nécessaires à l’industrialisation du continent et créer des marchés pour le commerce, l’innovation et le développement, selon M. Gatete.

‘’La mise en œuvre de l’accord de libre-échange est une étape cruciale pour les États membres’’, a-t-il souligné, estimant que la CEA peut apporter un soutien multiforme aux pays et aux organisations régionales, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, par exemple.

Il est important que les pays prennent le soin d’‘’intégrer pleinement l’accord dans leurs priorités nationales’’ et identifient les domaines dans lesquels ils ont des ‘’avantages compétitifs et comparatifs’’.

‘’Notre objectif est de rendre ce processus aussi fluide que possible, afin que chacun puisse bénéficier des opportunités offertes par la Zlecaf’’, a-t-il ajouté.

‘’Remise en état des réseaux ferroviaires vieillissants’’

D’ici à 2063, l’Afrique souhaite disposer d’un réseau d’infrastructures de classe mondiale pour réussir sa transformation technologique, développer son commerce, entre autres objectifs, a rappelé M. Gatete.

C’est nécessaire, pour y arriver, de ‘’combler les lacunes en matière d’infrastructures énergétiques et de remise en état des réseaux ferroviaires vieillissants’’, a souligné le secrétaire exécutif de la CEA.

Les besoins de financement et d’investissement évalués à 170 milliards de dollars US par an sont ‘’un obstacle de taille’’, selon lui.

Des représentants de gouvernements et du secteur privé, des experts de l’industrialisation et des chercheurs prennent part à la 18e conférence économique africaine.

‘’Impératifs pour un développement industriel durable en Afrique’’ est le thème de cette rencontre internationale, qui se poursuivra jusqu’à dimanche.

ADL/ESF/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-EMPLOI / Linguère: une convention de 192 millions FCFA pour soutenir 250 jeunes du département

Linguère, 25 juil (APS) – Le projet “Agri-jeunes” et l’Association…