Par Modou Fall

Diembéring, 2 oct (APS) – Sanctuaire de fétiches et autres esprits protecteurs, le fromager de Diembering est aussi le témoin de l’histoire des communautés ethniques de la Basse-Casamance, où la religion traditionnelle garde encore toute sa splendeur.

Situé dans l’arrondissement de Cabrousse, à quelque dix kilomètres au nord de la station balnéaire de Cap Skirring, ce village de pécheurs et d’agriculteurs se distingue par son fromager géant.

Plus de 1. 000 âmes composées essentiellement de diolas autochtones et de populations venues du nord du Sénégal cohabitent ici en parfaite symbose, et cela, depuis de longues années.

Le fromager géant surplombe un rond-point au niveau duquel les taxis clandestins en provenance du Cap-Skirring font demi-tour pour repartir sur Boucotte-Diembéring. Ce point nodal fait à la fois  office de gare routière et de marché. Légumes, fruits, entre autres marchandises, garnissent les étals des vendeurs, à côté de boutiques.

Le fromager qui fascine par son gigantisme appartient à la famille des malvacées et trône majestueusement sur au ‘’moins 50 mètres de hauteur’’.

‘’C’est ici que tout se passe. La vie se résume à cette place ‘’, commente Ben Michel Diatta, un habitant de Diembéring trouvé juste à la grande place publique que surplombe le fromager.

‘’Cette place de Diembéring abrite tous les grands événements du village. Nous Diolas aimons la nature avec qui nous communions. Pour habiter, le Diola a besoin de placer son fétiche sur un arbre solide pour bien se protéger. Et comme le fromager est un arbre robuste et centenaire, il demeure le réceptacle des fétiches et autres génies protecteurs des hommes’’, explique le conservateur du musée de Diembéring, Ousmane Karfa Diatta.

Un fromager qui inspire respect et soumission

Le fromager de Diembéring, en dehors de son caractère sacré, est aujourd’hui un témoin de l’histoire du village et ‘’inspire respect et soumission’’.

‘’Ce fromager est un élément qui inspire respect et soumission. Il est rattaché à nous habitants de Diembéring par un certain nombre de faisceaux mystiques (esprits et fétiches)’’, explique le conservateur du musée de Diembéring.

Selon lui, ‘’cet arbre millénaire reflète, symbolise et représente de manière géographique la commune de Diembéring’’.

‘’Cette place, tout autour de ce fromager, continue jusqu’à présent de conserver cet héritage culturel de démystification de malédictions’’, a ajouté Ousmane Karfa Diatta.

Ainsi, ‘’la plupart des grandes cérémonies traditionnelles ont eu lieu ici’’, poursuit-il. ‘’Les femmes, quand elles sortent de leur bois sacré pour s’investir dans une mission de conjurer le mal ou d’exorciser quelqu’un, viennent autour du fromager faire des libations, des incantations, des chansons, des cris pour faire comprendre aux gens que l’affaire est déjà gérée”, souligne l’ancien maire de Diembering, Tombo Guèye.

”Il y a aussi l’identifiant de leur fétiche qui est une branche qui, après avoir été traitée dans leur bois sacré, est posée à côté du fromager en guise de témoin. Et c’est la preuve que la mission que les gens leur ont confiée du côté du bois sacré a été faite’’, a ajouté M. Guèye, conseiller spécial à la primature et géographe de formation spécialisé dans les questions de géomorphologie littorale.

‘’Le fromager est aujourd’hui le témoin de beaucoup de cérémonies traditionnelles. C’est ici que les femmes du bois sacré se réunissent pour faire le tour du fromager et se donner l’ordre de pouvoir entreprendre une activité ‘’, a confié le conservateur du musée de Diembéring.

Ousmane Karfa Diatta indique que c’est devant cet arbre qu’a eu lieu l’arrestation d’un sage du nom de Kankoulabè, un notable du quartier Kénia  de Diembéring et de son frère Afayo, entre 1919 et 1920.

‘’Ces arrestations ont suscité des chansons et des incantations mystérieuses des femmes du bois sacré du nom de Ehongna, autour de ce géant fromager. Et c’est ainsi que des corbeaux ont fait apparition et  vidèrent les soldats français du lieu. Grâce à ces chansons, les détenus ont été protégés’’, raconte M. Diatta.

Ce fromager, une destination privilégiée des touristes

‘’Les visiteurs aiment prendre des photos au pied du fromager. Cet arbre est devenu le point de ralliement de la plupart des touristes que nous recevons à l’entrée de Diémbéring. Il joue aujourd’hui un rôle touristique’’, fait valoir l’ancien maire de Diembéring.

Selon lui, ‘’l’arbre est devenu une place incontournable dans la stratégie de marketing territorial de la commune de Diembering’’.

‘’C’est un arbre qui garde son mysticisme par l’attraction touristique. Nous voyons ce fromager sur beaucoup de cartes postales et des photos qui témoignent encore de son ancienneté’’, confirme Ousmane Karfa Diatta.

Les premiers habitants de la localité de Diembéring ont trouvé des fromages sur la grande place du village et ses alentours.

‘’Diembéring a entre autres comme emblème le fromager. Nous pouvons assimiler Diémbéring aux fromagers géants. Tout est parti d’une certaine pratique de la part de nos ancêtres qui les ont plantés ici. Ces fromagers ont été plantés à partir d’un besoin par nos ancêtres’’, a rappelé Tombo Guèye.

Il a rappelé que ”Diembéring est un territoire littoral”. Selon lui, ”les caractéristiques d’un territoire littoral font que, le plus souvent, il est soumis aux aléas climatiques (vents forts, orages)”. Le fait d’ériger des fromagers qui sont des espèces très géantes et robustes participaient à constituer un brise-vent contre ces phénomènes naturels. Eriger ces fromagers, c’était protéger les habitations’’, a expliqué le spécialiste de la géomorphologie littorale.

D’après Tombo Guèye, ‘’le fromager, depuis ses racines jusqu’aux feuillages, peut rendre beaucoup de services à la communauté’’.

”A l’époque de nos ancêtres, ses troncs donnaient du bois sous forme de planches très étalées. Ces troncs étaient une sorte de cercueil des patriarches qui quittaient ce monde d’ici-bas’’, a expliqué M. Guéye.

A Diembéring, déclare-t-il, ‘’à  la périphérie de chaque concession, il y avait un fromager pour faire en sorte qu’on puisse être autonome’’.

‘’Le tronc du fromager servait également à fabriquer des pirogues à rame pour faire la pêche. Ses fruits ont été également utilisés pour des questions thérapeutiques’’, a encore souligné Tombon Guèye.

MNF/ASB/OID/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-SPORTS / Jeux olympiques de Paris : une prime de 11 millions accordée à chaque athlète

Dakar, 12 juil (APS) – L’Etat du Sénégal a octroyé une prime spéciale de onze millio…