Dakar, 26 avr (APS) – L’Union européenne  (UE) et le Sénégal ont une ”grande convergence de vues” en matière de transition écologique, a magnifié, ce mardi, l’ambassadeur Jean Marc Pisani.

‘’Le Sénégal est un pays avec des côtes de plus de 700 km, une gestion des mangroves et des océans. Sur ces enjeux-là, il y a une grande convergence de vues entre le Sénégal et l’UE en matière de transition écologique’’, a dit le représentant de l’UE au Sénégal.

M. Pisani s’exprimait au cours d’une conférence de presse organisée dans le cadre de l’édition 2023 de  la quinzaine de l’Europe axée sur le thème : ”UE et le Sénégal, un partenariat pour l’avenir”.

‘’Notre effort est cohérent avec le Plan Sénégal émergent (PSE) et les engagements du Sénégal en matière de pacte vert. On va continuer à appuyer les améliorations en matière de l’environnement’’, a-t-il promis.

Concernant l’exploitation future du gaz et du pétrole, il a soutenu qu’il n’y a pas de contradiction avec l’engagement écologique au Sénégal. ‘’Il n’y a pas forcement de contradictions entre les deux objectifs. Cela fait partie des éléments que nous pourrons approfondir’’, a ajouté M. Pisani.

L’ambassadeur de France au Sénégal, Philippe Lalliot, a de son côté estimé que” la question de la transition écologique demeure très essentielle pour le Sénégal, dans le mesure où, ce pays deviendra bientôt un pays à revenus pétroliers et gaziers”.

‘’Le Sénégal, selon lui, a besoin de cette ressource pour financer son développement et d’ailleurs pour remplacer d’autres énergies plus polluantes comme le fioul par des énergies plus respectueuses de l’environnement comme le gaz’’.

”Ce sont des objectifs qui doivent être pris en compte, tout en évitant de s’enfermer dans une approche, pouvant rendre incompatible les objectifs de développement avec ces nouveaux revenus et d’autres part, les objectifs de protection de l’environnement, etc”, a-t-il préconisé.

Le diplomate a rappelé que le Sénégal fait partie des pays les plus vertueux au monde lorsqu’on regarde son mixte énergétique à un taux approximatif  de 30%. ‘’L’objectif pour le Sénégal, c’est d’obtenir la balance et l’équilibre entre cette vertu environnementale et ses objectifs de développement tout à fait légitimes’’,  a ajouté M. Lalliot,.

AMN/AB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT / A Diourbel, les autorités misent sur une synergie d’actions pour lutter contre les déchets plastiques

Diourbel, 5 juin (APS) – L’adjoint au gouverneur de Diourbel en charge des affaires admini…