Kaffrine, 24 avr (APS) – Une “case culturelle de citoyenneté et de bon voisinage” a été inaugurée, mercredi, à Kelimane, dans la région de Kaffrine (centre), à l’initiative de la Commission nationale de gestion des frontières (CNGF), dont l’ambition est de contribuer, par ce moyen, à raffermir les relations entre le Sénégal et la Gambie.

Kelimane est un village sénégalais situé à la frontière sénégalo-gambienne, dans la commune de Nganda.

Sa “case culturelle de citoyenneté et de bon voisinage” a été équipée par la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, “dans le cadre d’un partenariat visant à s’attaquer aux causes de l’instabilité et des conflits dans les communautés frontalières”, a expliqué le vice-amiral Omar Wade, président de la CNGF.

Il intervenait à la cérémonie d’inauguration de la case culturelle, qui s’est déroulée sous la présidence du gouverneur de Kaffrine, El Hadji Bouya Amar, en présence du maire de Kaour (Gambie), Cheikhou Diawara, et de son homologue sénégalais de Nganda, Baye Niass Cissé.

Plusieurs autorités administratives et militaires ont également pris part à cette cérémonie, lors de laquelle les populations des deux pays étaient fortement représentées.

“Consciente que la coopération transfrontalière se fait à travers la sensibilisation des autorités locales et des populations vivant près des frontières, sur la nécessité d’une mutualisation des actions par des rencontres périodiques et permanentes, la CNGF a mis en place un programme de construction de cases culturelles de citoyenneté et de bon voisinage”, a expliqué son président.

La “case culturelle de citoyenneté et de bon voisinage” est “un outil de pacification des espaces frontaliers de notre pays, qui a été instituée depuis des années”, a précisé Omar Wade.

Elle sert notamment “à fournir un cadre d’échanges entre différents acteurs sur les problématiques sécuritaires des régions frontalières et à accueillir des manifestations culturelles, dans le but de promouvoir les relations de bon voisinage”.

“En tant que trait d’union entre populations vivant de part et d’autre de la frontière, a ajouté Omar Wade, les cases culturelles permettent de prévenir d’éventuelles situations de crise, de susciter la culture du dialogue et du vivre ensemble, de régler pacifiquement les conflits transfrontaliers et de promouvoir la politique de bon voisinage.”

“Elle vient s’ajouter aux efforts fournis par les autorités étatiques pour le relèvement conséquent du niveau de développement de cette région et l’amélioration des conditions de vie des populations”, a ajouté le président de la Commission nationale de gestion des frontières.

Selon lui, au-delà du symbole qu’elle représente, “son édification est une invite à une collaboration de l’ensemble des acteurs locaux riverains, pour l’établissement d’une zone paisible, sécurisée et favorable à la mise en œuvre de projets socioéconomiques porteurs d’un développement harmonieux”.

Il a exhorté les populations à faire bon usage de cette infrastructure et de ses équipements.

Les maires de Nganda et de Kaour ont salué cette initiative qui, à leurs yeux, contribue et consolide les liens de solidarité, de fraternité et de paix entre les peuples sénégalais et gambien.

La Commission nationale de gestion des frontières en est à sa 26ᵉ “case culturelle de citoyenneté et de bon voisinage”, dont 11 construites sur la frontière entre le Sénégal et la Gambie.

CTS/BK/ESF 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-JUSTICE-ASSISES / Dialogue national sur la réforme et la modernisation de la justice : un rendez-vous pour rapprocher la justice des justiciables (magistrat)

Dakar, 28 mai (APS) – Mame Mandiaye Niang, procureur adjoint de la Cour pénale inter…