Kinshasa, 8 août (APS) – Les Neuvièmes Jeux de la Francophonie qui ont pris fin dimanche dernier ont été riches en découvertes, spectacles et émotions. Entre l’accueil, les compétitions, les animations et les spectacles, voici un abécédaire de cet évènement qui a réuni les pays ayant en partage la langue française durant 10 jours dans la capitale congolaise.

== A comme Accueil : Toutes les délégations qui ont foulé le sol de Kinshasa ont reçu le même accueil en lingala, ‘’Mbote, boyeyi malamu na Kinshasa’’ ou ‘’Bonjour, bienvenue à Kinshasa’’.

== A comme Ambiance : L’ambiance était au rendez-vous aux 9èmes Jeux de la Francophonie. Depuis l’ouverture jusqu’à la clôture, les stades, les gymnases et les autres sites accueillant l’évènement étaient bondés de spectateurs enthousiastes. L’on pouvait entendre dans les gradins, les gens scander ”ici, c’est Congo”, pour motiver les artistes et les sportifs.

== B comme Badge : tous les participants, ainsi que les travailleurs déployés sur les sites des Jeux étaient munis d’un badge, sans lequel, il est impossible d’accéder aux lieux.

== B comme Bus : les bus des étudiants de la ville de Kinshasa, dénommés ‘’Trans Academia’’, étaient mis à la disposition des délégations pour leur déplacement. Ils étaient reconnaissables à leurs couleurs jaune ou bleu, la mascotte Léopard des neuvièmes Jeux et les inscriptions comme ”Jeux de la francophonie oyé ou vive la francophonie”.

== C comme Compétition : plusieurs compétitions étaient au menu des neuvièmes jeux de la francophonie. Il y avait au total 9 disciplines sportives et 11 culturelles. On peut citer, entre autres, la lutte libre, la lutte africaine, le football hommes des moins de 20, le basketball femmes des moins de 25 ans, l’athlétisme, le cyclisme, le saut en hauteur, le tennis de table, le chant, la danse de création, la littérature nouvelle, la jonglerie, la photographie, la peinture, le conte, l’hip hop, la sculpture, etc. Le comité international des jeux de la francophonie a au cours d’un point de presse annoncé, l’introduction du football femmes pour les prochaines éditions.

== D comme Délégation : environ 40 pays étaient représentés. Le Sénégal a déplacé une délégation de 165 membres. Etaient également présents des Français, des Wallons, des Suisses, des Mauriciens, des Gabonais, Togolais, Béninois, Burundais, Ivoiriens, Centre africains, Nigériens, Roumains, Canadiens, Libanais, etc.

== E comme Embouteillage : les neuvièmes jeux de la francophonie étaient aussi marqués par les embouteillages autour des sites. A l’exception de l’université de Kinshasa (UNIKIN), tous les environs des sites étaient le théâtre de bouchons causés par le flux des spectateurs.

== H comme Hôtesse : pendant les cérémonies des remises de prix, les hôtesses étaient habillés en tenues traditionnelles (Wax) ou de ville, coiffées d’un bonnet rouge ou noir sur la tête, pour les différencier des autres agents.

== K comme Kinshasa : la capitale de la République démocratique du Congo (RDC) a accueilli environ 3535 personnes, dont 1819 sportifs et athlètes durant 10 jours.

== M comme Match : toutes les rencontres ont été riches en spectacles et en couleurs. Les équipes favorites comme les U25 du basketball sénégalais et camerounais ont été ovationnées par le public. Quand les U25 sénégalaises jouaient leur match, le public scandait, ‘’Sadio Mané’’ ou encore les noms des joueuses. Chez les Camerounaises par contre, c’est le nom de ‘’Léo Messi’’ qui été scandé, pour identifier la capitaine de cette équipe.

== N comme Nuit : depuis l’ouverture de ces neuvièmes jeux, jusqu’à la clôture, les nuits de la francophonie sont organisées pour agrémenter les soirées. De célèbres musiciens congolais, notamment Maître Gims, Ferré Gola, Fabrigas, Moïse Mbiye, JB Piana, et tant d’autres, sont tous montés sur le podium. Un moment de communion entre les stars de la Rumba congolaise, le public, les vendeurs de boissons, les travailleurs, les étrangers, tous abonnés quotidiennement à l’esplanade du Palais du peuple, pour se déhancher à l’unisson, jusque tard dans la nuit.

== P comme Presse :  la presse tant nationale qu’internationale s’est mobilisée pour la couverture de ces jeux. Un centre international de la presse était ouvert pour la circonstance au Palais du peuple de Kinshasa. Il disposait d’une grande salle de rédaction, d’un studio de montage, d’un studio pour le direct, un restaurant, etc.

== S comme Site :  plusieurs sites ont abrité des compétitions sportives et culturelles durant les Jeux. On peut citer les stades des Martyrs de la pentecôte et Tata Raphaël, l’échangeur de Lemba, l’UNIKIN, l’Académie des beaux-arts, le musée national de la RDC, l’Institut Français, le centre Wallonie Bruxelles.

== S comme Sécurité : La sécurité était au rendez-vous avec la présence permanente des éléments de la police nationale, la garde Républicaine, ainsi que les agents de sécurité. Aucun incident lié à la sécurité n’a été signalé par le comité international des jeux de la francophonie ou les autorités congolaises.

== V comme Vente :  ces jeux ont été aussi une aubaine pour les vendeurs à la sauvette et autres commerçants pour venir exposer et vendre leurs articles. Il y avait sur les différents sites, de stands de restauration, de fabricants de sacs et sandales locaux, des objets d’arts, tous profitaient de la présence des étrangers pour liquider leur produit.

== X comme Inconnu : le grand inconnu, c’est le pays organisateur des 10e jeux de la francophonie. Selon la directrice du comité international des jeux de la francophonie, Zeina Mina, deux pays ont déjà déposé leur candidature pour les prochains jeux. Le nom du candidat retenu sera dévoilé, en novembre prochain.

AMN/OID/SBS

 

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-JAPON-ARMEES / Deux navires de la Force maritime d’autodéfense Japonaise en escale à Dakar

Dakar, 21 juil (APS) – Un escadron d’entrainement de la Force maritime d’autod…