Saint-Louis, 20 nov (APS) – Le Centre de recherche et de documentation du Sénégal (CRDS, ex Institut fondamentale d’Afrique noire) abrite pour un mois (du 15 novembre au 16 décembre) une exposition intitulée ‘’Evolution, métamorphoses, enjeux et perspectives du Fleuve Sénégal’’, a constaté l’APS.

“Les objectifs de cette exposition vont au-delà des programmes de développement initiés autour du Fleuve Sénégal et tentent de voir comment les communautés vivent avec ce cours d’eau et le regard qu’elles ont des infrastructures qui y sont érigées’’, a affirmé, lundi, Papa Sow, géographe et coordonnateur du projet, dans un entretien accordé à L’APS.

Selon un document remis à la presse, “comprendre le Fleuve Sénégal, c’est avant tout s’intéresser à la manière dont les gens y vivent, mais aussi à son évolution physique, sociale et culturelle”.

“Cette mise en lumière conduit à s’intéresser à l’histoire contemporaine de ce cours d’eau à la dimension internationale’’, souligne-t-il encore.

En parcourant cette exposition composée d’une série de photos, de graphiques et d’illustrations, le grand public se rendra compte des efforts faits par les populations locales pour vivre autour du fleuve Sénégal.

Pour Papa Sow, “les barrages qui y sont érigés ont beaucoup changé le mode de vie des populations riveraines qui n’arrivent plus à mener comme auparavant leurs activités de pêche et subissent les inconvénients du typha”.

Ces plantes envahissantes ont vu le jour dans cette partie nord avec l’avènement des barrages qui, reconnaît-il, comportent bien un volet positif avec le développement de l’agriculture à la suite des aménagements hydro-agricoles.


Pour mener à bien ce projet, cet enseignant établi aujourd’hui en Suède, a dû effectuer des déplacements avec un photographe et d’autres spécialistes tout le long des localités traversées par le fleuve.

Ancien étudiant à l’université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, il dit avoir “bourlingué’ en Europe et aux Etats-Unis et espère que cette exposition destinée à être permanente servira aux élèves et chercheurs à mieux cerner les contours du fleuve, son histoire et son avenir.

Directrice du CRDS, Fatima Fall Niang a déclaré que son institution ‘’regorge de ressources importantes qui doivent être mises à la disposition des scientifiques, au milieu scolaire et aux chercheurs’’.

“Ce projet est venu à son heure et il s’inscrit bien en droite ligne de celui que nous avons monté avec la coopération espagnole’’, a expliqué Mme Niang, faisant référence à l’exposition permanente installée au premier étage du CRDS et intitulée ”Doomou Diwanou Dex gi” (Les enfants riverains du fleuve en wolof)”.

Elle salue l’engagement du coordonnateur de ce projet à prendre de telles initiatives, malgré la distance qui le sépare de son pays.

Partenaire du coordonnateur du projet, Moussa Kane,  enseignant à l’UGB, a insisté sur la pertinence de cette exposition qui permet au grand public de découvrir beaucoup de choses qu’il ignorait sur le fleuve Sénégal.

AMD/FKS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-JUSTICE-STATISTIQUES / La population carcérale estimée à 12910 personnes en 2023 (rapport)

Dakar, 25 juil (APS) – Le dernier rapport de l’Observateur national des lieux de pri…