Ziguinchor, 13 sept (APS) – Un forum des acteurs de la chaîne de valeur ‘’guédj’’ (poisson salé séché) s’est ouvert, mercredi, à Ziguinchor (sud), à l’initiative du projet “Dekkal guédj”, en vue d’échanger sur les modalités d’amélioration de cette filière, a constaté l’APS.

“A travers ce forum de deux jours, nous voulons que les gens identifient les principales opportunités, les forces, les faiblesses et toutes les menaces pour cette chaîne de valeur”, a expliqué le responsable technique du projet “Dekkal guédj”, Momar Mbaye.

Il intervenait à l’ouverture du forum, en présence des représentants des organisations de pêche et des groupements de femmes impliqués dans la transformation du poisson fumé et séché à Ziguinchor.

Il déclare que cette rencontre “permettra également de réfléchir pour trouver un certain nombre de recommandations, qui vont servir aux organisations de pêche et aux services de l’Etat à mieux organiser et encadrer la chaîne de valeur, afin de  contribuer à la bonne génération de revenus mais aussi au maintien de la sécurité alimentaire”.

“Ce produit transformé appelé +guédj+ a une importance au niveau du Sénégal en termes de nourriture des populations mais aussi en termes de valeur économique et sociale”, a souligné Momar Mbaye. Il a rappelé que la transformation du guédj est principalement menée par des femmes.

“Le guédj est un produit transformé à très haute valeur commerciale et nutritive. C’est une chaîne de valeur qui contribue à la nourriture des populations”, a aussi relevé le responsable technique du projet ”Dekkal guédj”.

 “Dekkal guédj”, a-t-il précisé, est un projet de l’USAID financé dans le cadre du programme ‘’Feed the futur’’ (nourrir l’avenir).

Selon le chef du service départemental des pêches de Ziguinchor, Milton Oboté Sambou, “le guédj fait partie des produits les plus transformés dans la région de Ziguinchor, plus particulièrement à Kafountine, Elinkine et Cap Skirring”.

 

‘’A Ziguinchor, le guedj se comporte très bien. Sa production a évolué. Nous produisons près de 500 mille tonnes de guédj par an’’, a relevé M. Sambou, invitant les pouvoirs publics à davantage accompagner les femmes transformatrices pour, dit-il, pouvoir sécuriser la production de cette filière.

 ‘’Le guedj fait partie des premiers produits que consomment les populations de Ziguinchor. Il est prisé par les ziguinchorois. Nous saluons la tenue de cet atelier’’, a réagi la présidente des femmes transformatrice de Kafountine, Fatou Diatta, plaidant également pour un accompagnement.

 Le ‘’guédj’’ est un poisson salé et séché, souvent utilisé pour relever le goût de certains plats à base de riz au Sénégal. 

MNF/ASG/MD/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-TRANSPORT / El Hadji Malick Ndiaye remet les clefs de 500 taxis à gaz à 20 GIE

Thiès, 13 juin (APS) – Le ministre des Infrastructures et des Transports terrestres …