Thiès, 14 juin (APS) – L’éclairage d’artères principales de Thiès et les bourses de formation accordées à plus de 500 jeunes Thiessois figurent en bonne place dans l’exercice de reddition des comptes auquel le maire Babacar Diop s’est prêté mercredi lors d’une conférence de presse dans les locaux de l’hôtel de ville.

Lors d’une rencontre avec les journalistes, placée sous le thème : ‘’L’état de la ville : projets et perspectives’’, Babacar Diop a fait un tour d’horizon de ses réalisations depuis qu’il a été élu maire.

Il a évoqué les projets en cours, la situation de certains dossiers litigieux, tout en réaffirmant les grandes lignes de son ambition de transformation de la ville de Thiès.

Selon Babacar Diop, un investissement de 64 millions de francs CFA, a permis réhabiliter l’éclairage public sur les avenues Caen, Léopold Sédar Senghor, Ballabey 2, à la rue du Docteur Guillet, à la Promenade des Thiessois, etc.

Il a, par la même occasion, annoncé le démarrage ‘’d’ici fin  juillet’’, des travaux de la deuxième phase, qui concernera les quartiers périphériques, pour une enveloppe de 275 millions de FCFA. La ville compte chaque année injecter au moins 200 millions de FCFA dans l’éclairage public, a-t-il dit, relevant l’impact attendu sur la sécurité de la cité du rail.

La Ville a-t-il dit, a dégagé un budget de 120 millions de FCFA, pour permettre à 550 jeunes de suivre des formations dans 23 établissements, sans compter les subventions allouées aux amicales d’étudiants thiessois inscrits dans les universités du pays.

S’agissant de son ambition de récupérer tous les avoirs, notamment fonciers de la ville, il a fait part de progrès enregistrés dans la plupart des dossiers litigieux, même si d’autres semblent encore piétiner.

Pour ce qui est de l’affaire opposant l’institution municipale à Mickeyland, il a révélé que la Cour suprême l’a restitué à la ville de Thiès.

Après que le maire avait demandé au promoteur de quitter le site qu’il occupait en face de l’hôtel de ville pour y mener des activités ludiques pour enfants, ce dernier avait eu gain de cause, à l’issue d’un recours en première instance.

La ville s’est aussi vu restituer les 12.000 mètres-carrés sur lesquels l’Université Iba Der Thiam de Thiès  (UIDT) a érigé son auditorium. Cet espace avait fait l’objet d’une controverse entre l’UIDT et la ville qui réclamaient chacune la paternité.

Selon lui, un arbitrage du président de la République, ainsi que la diligence du Premier ministre et du ministre de l’Enseignement supérieur, ont permis d’arriver à un consensus.

La mairie donnera du temps à l’UIDT pour qu’elle construise un auditorium avant de reprendre ce qui lui revient de droit, a-t-il fait valoir. Les travaux que l’université avait entamés sur les lieux ont été arrêtés.

Dans le cadre d’un processus de renégociation du contrat de bail entre la mairie et la Sonatel, la ville a fait une proposition de 100 millions FCFA par an, attendant la réponse de l’opérateur téléphonique.

La ville attend aussi la réaction de la banque CBAO qui est sur son assiette, concernant cette renégociation.

Cadior Glace, un autre privé implanté sur la Promenade des Thiessois est aussi dans le collimateur de la Ville. Babacar Diop, annonce qu’il ne renouvellera le contrat de deux ans qui lui a permis de vendre de la crème glacée sur ce lieu public.  Il se dit toutefois prêt à ”accompagner” cette entreprise qui est un lieu de détente pour de nombreux Thiessois, pour qu’elle s’établisse ailleurs.

Il dénonce le fait, selon lui, de que beaucoup de privés ‘’exploitent’’ la ville, en occupant l’espace public à des fins commerciales, pour ne verser en retour que de ‘’l’aumône’’ à l’institution municipale. ‘’Nous privilégions l’intérêt de Thiès’’, a-t-il souligné. La mairie envisage pour le présent exercice budgétaire d’enrôler 5.000 familles dans la Couverture maladie universelle (CMU), a-t-il annoncé.

Parmi les projets municipaux, figure un appui à l’autonomisation des femmes, grâce à un ‘’partenaire solide’’, qui mettra une enveloppe de 200 millions de FCFA pour financer leurs projets. La ville compte aider les conducteurs de mototaxi à s’organiser, à bénéficier d’une assurance vie, d’une identification, de gilets et de casques, a dit l’édile de Thiès. Il veut aussi améliorer leurs arrêts.

La ville entend travailler avec l’Ecole polytechnique de Thiès (EPT) à l’érection de feux tricolores. Un projet qui sera abordé prochainement lors d’une visite officielle dans cette école d’ingénieur basée dans la cité du rail.

Interpellé sur les augmentations de salaires réclamées par les syndicats des collectivités territoriales, a noté que des difficultés financières empêchent l’application de cette décision gouvernementale dont l’incidence financière s’élèverait à 200 millions de FCFA.

Babacar Diop a noté qu’au moment où il a maîtrisé la masse salariale en réduisant les ‘’recrutements clientélistes’’ trouvés sur place, le budget de la ville ne saurait supporter un tel montant. Il se dit toutefois prêt à apporter 20% de cette enveloppe, si l’Etat donne les 80%.

L’édile de Thiès s’est félicité de ce que sa ville est éligible cette année au Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (PACASEN), qui lui donnera à une enveloppe d’ ”au moins 350 milliards FCA”. La ville de Thiès est classée première à l’échelle nationale en obtenant le meilleur score.

ADI/ADC

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE /  Plaidoyer pour que le 26 septembre soit déclaré jour férié

Dakar, 19 avr (APS) – Le deuxième vice-président de l’association nationale des familles d…