Saint-Louis, 5 sept (APS) – Des centaines de fidèles musulmans en majorité de la confrérie mouride ont participé  mardi à la place Beuya-Ndar (ex- place Faidherbe) à la cérémonie commémorative  de la prière des deux “Rakkas” , effectuée  par Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme,  le 5 septembre 1895 dans le bureau du gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF) avant d’être exilé au Gabon, a constaté l’APS.

Au terme de cette prière célébrée chaque année à cette date, par la communauté mouride,  pour commémorer cet acte de Cheikh Ahmadou Bamba, certains fidèles ont profité de cette occasion, pour visiter certains locaux de la gouvernance de Saint-Louis, notamment  la chambre qui a accueilli le guide religieux durant son passage au bureau du gouverneur colonial.

Le président de la commission culturelle Serigne Moustapha Diakhaté du +Kurrel des deux Rakkas+ a “félicité les populations de Saint-Louis qui ont effectué massivement le déplacement à la place Beuya-Ndar. ”Des fidèles ont quitté Touba où ils ont pris part à la 129e édition du Grand Magal, pour venir commémorer avec nous, cet acte héroïque du Cheikh”, a-t-il signalé.

Il a expliqué que le décision de perpétuer cet acte est  conforme au “ndiguel” (instructions) de Serigne Abdoul Ahad Mbacké, troisième khalife général des mourides,  qui, a-t-il rappelé, en 1976 avait ordonné la tenue de la prière des “deux Rakkas”, tous les ans.

”Cette année, du fait de la coïncidence de l’évènement avec le Grand Magal de Touba, un événement religieux commémorant le départ en exil du Cheikh, la place Beuya-Ndar (ex-place Faidherbe), n’a pas accueilli beaucoup de monde comme les années précédentes”, a relevé M. Diakhaté.

Serigne Moustapha Diakhaté a ajouté que cette cérémonie de Saint-Louis a pu se réaliser grâce à l’engagement de   l’association dénommée  “Kurrel des deux rakkas”.

Cette association religieuse, pour organiser la prière ”des deux rakkas”, se base sur le calendrier grégorien alors que le Magal est calé sur le calendrier musulman”, a fait observer le président de la commission culturelle de cet évènement commémoratif.

Le 5 septembre 1895, venu répondre à une convocation de l’autorité coloniale, Cheikh Ahmadou Bamba, a effectué une prière de deux “rakkas” dans le bureau du gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF), à Saint-Louis, alors qu’il était sur la route d’un exil forcé vers le Gabon.

Cet acte “symbolique et héroïque”  est perpétué chaque année par la communauté mouride dans la principale ville du nord du pays.

AMD/AB/MTN

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-COLLECTIVITE-INFRASTRUCTURES / Pikine Est : un bâtiment rénové abritant le centre-services et la bibliothèque municipale inauguré

Pikine, 28 mai (APS) – Le maire de Pikine Est (banlieue de Dakar), Issakha Diop, a inaugur…