Dakar, 1 fév (APS) – Le ministre de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire, Samba Ndiobène Ka, a procédé, jeudi, à Dakar, au lancement de la deuxième phase du programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS)”, dont le coût est estimé à plus de 20 milliards de F CFA.

“Ce projet sera exécuté sur une période de 5 ans et concernera en priorité 15 communes reparties dans les régions de Fatick, Matam et dans le département de Bakel. Son coût est de 20 milliards 256 millions F CFA”, a-t-il déclaré en présidant l’atelier-bilan de la première phase et le lancement des activités du P2RS.

Sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire (MAERSA), le P2RS est financé avec l’appui du Fonds africain de développement (FAD), de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), du Fonds pour le climat de la Banque africaine de développement et du FCBC, le Fonds Canada-Banque africaine de développement pour le climat.

Selon le ministre Samba Ndiobène Ka, l’objectif général du P2RS est de ”contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et des conditions de vie des populations au Sahel”.

“Le programme vise à accroître, sur une base durable et résiliente, la productivité et les productions agro-sylvo-pastorales, les revenus tirés des chaînes de valeur agro-sylvo-pastorales et halieutiques”, a-t-il indiqué.

Dans cette deuxième phase, ce projet ambitionne de “renforcer les capacités adaptatives des populations par une meilleure maîtrise des risques climatiques”, tout en contribuant à l’atténuation du changement climatique.

Selon un document du ministère de l’Agriculture, en charge de l’exécution et du suivi du projet, la deuxième phase du programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel couvre les départements de Matam, Kanel, Bakel, Fatick et Foundiougne.

“Les actions du P2RS vont toucher 45 000 ménages vulnérables et devront permettre une production additionnelle de 108 000 tonnes de céréales, 86 400 tonnes de production animale et 20 000 tonnes de production halieutique et la création de 2500 emplois”, indique le document.

Le programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS) est une initiative multinationale impliquant les 7 pays membres du Comité international de lutte contre la sécheresse au sahel (CILSS).

La première phase du P2RS a été mise en œuvre au Sénégal entre 2015 et 2020, dans 6 régions administratives avec des taux d’exécution technique et financière de 98 %.

Cette première phase a nécessité des investissements de 19,5 milliards de F CFA qui se sont traduits par des productions de 100 000 tonnes de céréales, 30 000 tonnes de produits maraîchers, sans compter la création de 1430 emplois et le renforcement des moyens d’existence de plus de 60 000 ménages, indique le même document.

ABD/ADL/BK/SMD

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / A la Une, le dialogue national et les premières annonces du chef de l’Etat

Dakar, 27 fev (APS) – L’ouverture du dialogue national censé sortir le Sénégal de l’impass…