Dakar, 8 mai (APS) – L’opposant Ousmane Sonko a déclaré dimanche soir avoir pris la décision de ‘’ne plus coopérer avec [la] justice’’ sénégalaise.

‘’J’ai même fait l’objet d’une agression dans l’enceinte du tribunal. C’est pourquoi j’ai pris la décision […] de ne plus coopérer avec cette justice’’, a soutenu M. Sonko dans une déclaration faite le même jour et publiée sur sa page Facebook.

Il rappelé plusieurs incidents survenus au cours des audiences du procès en diffamation que lui a intenté le ministre Mame Mbaye Niang, un militant de premier plan de l’APR, le parti politique du président de la République.

‘’Si l’Etat ne peut pas me garantir le minimum de sécurité, ce qui devait être ordinaire, je ne me présenterai plus devant cette justice pour répondre à quoi que ce soit’’, a insisté le chef de l’opposition et maire de Ziguinchor (sud).

C’est une ‘’décision ferme’’, qu’il ‘’assume’’, a-t-il ajouté à quelques heures d’une audience du procès en appel l’opposant à Mame Mbaye Niang.

‘’Même dans l’enceinte du tribunal, je ne suis pas en sécurité. Au même moment, on permet au plaignant de se rendre au tribunal avec ses propres gardes du corps et ses militants’’, a dénoncé Ousmane Sonko.

Il a été condamné en première instance à deux mois de prison avec sursis et à 200 millions de francs CFA de dommages et intérêts, le 30 mars dernier.

Une peine en dépit de laquelle le leader de l’opposition sénégalaise reste éligible à la présidentielle du 25 février 2024, pour laquelle il s’est déclaré candidat.

M. Niang accuse le maire de Ziguinchor d’avoir dit qu’il a été épinglé par un rapport de la haute administration sénégalaise pour la gestion d’un fonds de 29 milliards de francs CFA du Programme des domaines agricoles communautaires, destiné à la création de milliers d’emplois.

Le ministre a fait appel du verdict rendu le 30 mars.

Le procureur, qui avait requis deux ans de prison dont un an ferme à l’encontre de M. Sonko, a également interjeté appel.

Ousmane Sonko pourrait être convoqué de nouveau par la police judicaire ou un tribunal pour les faits de viol dont l’accuse Adji Sarr, une jeune dame.

M. Sonko est placé sous contrôle judiciaire depuis plus de deux ans, dans le cadre de l’instruction de cette affaire. Il nie les accusations de la plaignante.

ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans LA UNE

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE- INTEGRATION / Yacine Fall : ‘’le legs d’une Afrique unie doit être constamment vivifié”

Dakar, 26 mai (APS) – La ministre de l’Intégration africaine et des Affaires étrangè…