Thiès, 17 mars (APS) – Le candidat à la présidentielle sénégalaise du 24 mars  El Hadji Malick Gackou,  a évoqué samedi, la possibilité de faire de Thiès le moteur de la croissance industrielle du pays.

Avec ses nombreuses potentialités en termes de ressources naturelles (zircon, phosphates, pétrole, basalte), Thiès qui est aussi une région agrosylvopastorale, de pêche et ferroviaire, “dispose de tout pour contribuer de manière exceptionnelle à la valorisation du PIB du Sénégal“, a fait remarquer Malick Gackou.

Cela suppose une utilisation “à bon escient“ de l’ensemble des potentialités intégrées et des agrégats du développement qui sont inclus chez les populations locales, a-t-il préconisé.

“C’est pourquoi nous pouvons dire avec force et pertinence qu’il sera possible de faire de Thiès le moteur de la croissance industrielle du Sénégal“, a martelé le prétendant à la magistrature suprême sénégalaise.

Il regrette le fait que malgré toutes ses ressources, Thiès est marquée par “la pauvreté, la précarité et les disparités sociales“.

“C’est la raison pour laquelle je prends l’engagement ici et maintenant de faire de la région de Thiès au soir de mon élection le 24 mars 2024, la région la plus industrialisée de l’Afrique de l’Ouest“, a lancé Gackou.

Il estime d’ailleurs que Thiès peut devenir “un des hubs de développement industriel les plus importants du continent“.

Pour Malick Gackou, cette circonscription administrative dispose de “toutes les compétences pour faire en sorte que le Sénégal (…) puisse retrouver son essor économique et sa croissance inclusive, en exploitant toutes les potentialités, (pour les mettre) au services exclusif du peuple sénégalais“.

S’il remporte la prochaine élection présidentielle, il compte faire jouer ce rôle à Thiès, à un moment où le Sénégal est “à la croisée des chemins“.

Soulignant la nécessaire industrialisation du Sénégal, pour résorber le chômage des jeunes, lutter contre la pauvreté, et assurer un mieux-être social aux populations, il soutient qu’elle passe forcément par l’exploitation des ressources naturelles de la région de Thiès.

Malick Gackou a aussi exprimé son ambition de refaire de cette localité le hub du chemin de fer en Afrique. La bien nommée cité du rail qui a vu naître le chemin de fer en Afrique occidentale, a “toutes les compétences pour le développement“ du transport ferroviaire, estime-t-il.

Gackou a saisi l’occasion pour saluer la mémoire des “héros qui ont (fait) l’histoire du syndicalisme sénégalais“. Allusion faite aux deux grèves des cheminots de l’Afrique occidentale française (AOF) de 1938 et 1947.

“C’est ici à Thiès qu’est né le syndicalisme sénégalais (…) et que se sont tenus les plus grands combats pour le devenir de la nation sénégalaise“, a-t-il affirmé.

ADI/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE / MASA 2024 : une édition pour assumer la ‘’fonction économique’’ de l’évènement, selon son directeur général

Dakar, 12 avr (APS) – La 13e édition du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (MASA), …