Dakar, 2 mars (APS) – La lutte contre la mendicité passe par une meilleure insertion professionnelle, combinée à une implication des populations dans la prise en charge de cette question en partant d’une orientation communautaire, soutient Kéba Lalo Sané, de l’ONG Secours islamique France (SIF).

Dans cette perspective, l’objectif poursuivi par le projet réinsertion sociale, citoyenne et économique des jeunes filles et garçons talibés de l’ONG Secours islamique France “est de prendre des orientations au niveau communautaire, pour pouvoir non seulement insérer les talibés dans les métiers, mais aussi pour lutter contre la mendicité”, a-t-il expliqué.

Une telle démarche vise également à engager les populations locales pour la prise en charge de l’insertion de ces enfants, a ajouté M. Sané, un des responsables du projet réinsertion sociale, citoyenne et économique des jeunes filles et garçons talibés de Secours islamique France.

Il s’entretenait avec l’APS, en marge d’une rencontre stratégique d’orientation des groupes de gestion pour la réinsertion sociale, citoyenne et économique des jeunes filles et garçons talibés marginalisés dans les zones périurbaines au Sénégal, notamment à Pikine, dans la banlieue de la capitale sénégalaise, et à Kaffrine (centre).

“Le fait de rallier le daara et le métier demeure une grande innovation [que] les maîtres coraniques et les talibés ont appréciée”, a-t-il dit, insistant sur “le retour positif” eu de cette initiative, de la part de cibles dont l’âge varie entre 15 à 30 ans.

Selon Kéba Lalo Sané, le Secours islamique France mise par ailleurs sur le plaidoyer pour davantage responsabiliser les enfants talibés dans la prise en charge de leurs propres problèmes.

“Dans le cadre de ce projet, le premier élément important, c’est de faire accepter la diversification de l’offre dans les écoles coraniques”, a expliqué le coordonnateur du projet sous-régional “Inclusion des talibés au Mali et au Sénégal”, exécuté par l’ONG Secours islamique France (SIF), Mansour Sow.

Pour M. Sow, il s’agit de voir comment mobiliser les communautés autour de la diversification de l’offre éducative dans les “daara” (écoles coraniques).

“Dans ce projet, il s’agit aussi d’organiser des sessions de réunification familiale pour amener les talibés vers les parents et leur exposer les problèmes” auxquels les enfants se trouvent confrontés, a-t-il expliqué.

Le représentant de la direction de l’apprentissage, Papa Sidi Mbaye, a rappelé que cette dernière a signé une convention avec Secours islamique France, en février dernier, dans le cadre de la formation professionnelles des “talibés”.

“C’est un long processus dans lequel il y a eu des rencontres de cadrage de stabilisation sur les horaires, les heures de cours, et l’achat de matériel selon le métier choisi par les talibés eux-mêmes grâce à l’appui de SIF”, a-t-il indiqué.

AMN/FKS/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT-EQUIPEMENTS / Malika : une motopompe et du matériel roulant offerts à la SONAGED 

Malika, 16 avr (APS) –  Le Projet de promotion de la gestion intégrée et de l’économie des…