Dakar, 6 oct (APS) – Le Sénégal se prépare à réaliser une deuxième Enquête nationale sur les maladies non transmissibles comme le diabète et l’hypertension, dans le but de connaître la prévalence de ces maladies et d’en déterminer “les vrais facteurs de risques”, a annoncé, vendredi, à Dakar, le Premier ministre, Amadou Ba, sans plus de détails.

“Au Sénégal, a-t-il dit, le ministère de la Santé et de l’Action sociale s’apprête à mener sa deuxième Enquête nationale sur les maladies non transmissibles. Celle-ci permettra de connaître la prévalence nationale de ces maladies et d’identifier les vrais facteurs de risque”.

Le chef du gouvernement sénégalais procédait à l’ouverture officielle de la 6ème édition du Forum Galien Afrique, qui se tient à Dakar (3-7 octobre), sur le thème “Les maladies transmissibles, l’Afrique en lutte”.

Amadou Ba représentait le président de la République à cette rencontre ayant enregistré la participation de quelque 3000 participants venus d’Afrique et d’Europe, dont plusieurs ministres africains en charge du secteur de la santé.

Selon M. Ba, “le ministère de la Santé [du Sénégal] vient de lancer son plan stratégique d’accélération de la lutte contre les maladies non transmissibles, car en réalité, les maladies non transmissibles constituent, avec les maladies infectieuses, un double fardeau pour les populations africaines : elles rendent encore plus fragiles nos systèmes de santé et retardent notre développement”.

“Il est aujourd’hui clair que pour préserver la santé et l’améliorer, une action multisectorielle sur les déterminants socio-culturels et économiques est indispensable”, a assené Amadou Ba, en présence du ministre de la Santé du Sénégal et de la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), docteur Matshidiso Moeti.

 

D’après Amadou Ba, “les scientifiques sont unanimes à reconnaitre que la lutte contre la sédentarité, le changement de comportement et d’habitudes alimentaires contribuent à faire baisser drastiquement la charge de morbidité et les décès prématurés liés aux maladies non transmissibles”.

Le Forum Galien, note-t-il, “est le lieu de proposer des stratégies adaptées à nos pays et à notre contexte pour lutter efficacement contre ces maladies”, d’où son appel “à la mobilisation de tous les acteurs et de tous secteurs de développement pour la lutte contre les maladies non transmissibles”.

Il est revenu sur cette manifestation dont la remise du prix Galien Afrique est “le temps fort”, en lien avec le Prix Galien International, lequel “se positionne dans le monde comme l’équivalent du Prix Nobel en recherche biopharmaceutique” et “met en avant les innovations majeures dans le domaine de la santé”.

Le volet scientifique du Forum Galien Afrique a été précédé par les forums des femmes et des jeunes.

Le président sénégalais Macky Sall, sollicité en 2018 pour abriter la section africaine du forum Galien Afrique et le doter d’un prix, a accepté cette demandé des responsables de cette organisation à but non lucratif.

Le Forum Galien Afrique, géré depuis Dakar, se veut une plateforme d’échanges scientifiques sur des questions d’intérêt commun et les priorités du continent africain, notamment en matière de santé.

Il réunit des prix Nobel, des leaders politiques, des experts, des chercheurs, des étudiants, des médecins, des socio-anthropologues, des biologistes, des innovateurs, des investisseurs, des organisations internationales, ainsi que des acteurs de la société civile et du secteur privé.

SKS/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-IRAN-DEUIL / Décès de Raïssi : de nombreuses personnalités signent le livre de condoléances à Dakar

Dakar, 22 mai (APS) – De nombreuses personnalités sénégalaises se sont rendues mercr…