Kaolack, 30 août (APS) – L’Université du Sine-Saloum El Hadji Ibrahima Niass (USSEIN), en partenariat avec l’agence allemande de coopération internationale (GIZ), a initié mercredi un atelier de validation des modules de formation sur la gouvernance foncière, dans les régions de Kaffrine et Kaolack (centre).

Cette rencontre entre dans le cadre du projet “Seen Suuf”, connu aussi sous le nom de “Projet d’appui à la formation des acteurs locaux et des autorités administratives sur la gouvernance foncière”.

Les deux structures sont liées par une convention de partenariat visant à mettre en place des dispositifs contribuant au renforcement de capacités des acteurs des collectivités territoriales et des services déconcentrés.

Avec ce projet d’un coût de 60 millions 564 mille francs CFA financé par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) pour une durée de dix mois, il s’agit notamment de développer des modules sur des questions liées au foncier sous forme de formation à la carte mais aussi de renforcer la licence géomatique, qui forme des étudiants sur les outils et dispositifs de gestion foncière.

“Le cadre législatif et réglementaire du foncier au Sénégal est caractérisé par un dualisme juridique, notamment la coexistence entre le système de droit moderne, appelé droit étatique et celui des droits coutumiers dans les collectivités territoriales des régions de Kaffrine et Kaolack”, a souligné l’enseignant-chercheur, Labaly Touré, coordonnateur du projet “Seen Suuf” à l’USSEIN.

 

Selon lui, le foncier urbain et rural, qui est une réalité sociale, demeure un patrimoine et un trait d’union ou de désunion du tissu social et familial. Cette dualité ou pluralité a favorisé l’apparition des conflits et tensions de nature diverse autour de la ressource foncière, impliquant des acteurs multiples qui sont la résultante de l’absence et/ou de faiblesse des outils d’aide à la décision.

 De son côté, le professeur Diégane Diouf, directeur de l’Unité de formation et de recherche (UFR) Sciences sociales et environnementales de l’USSEIN, rappelle que la gouvernance foncière impacte sur le développement économique et social et sur la stabilité du Sénégal.

“Les terres sont au cœur de nombreuses activités, dont l’agriculture, dans des zones qui sont souvent sujettes à beaucoup de convoitises. Parce que tout le monde veut devenir agriculteur et certains sont plus des businessmen, d’où l’importance de la sécurisation foncière”, a fait remarquer le Pr Diouf.

Le recteur de l’USSEIN, Pr Ndèye Coumba Touré Kane, souligne que son université se réjouit de l’aboutissement de ce processus de partenariat avec la GIZ, indiquant que cet atelier de deux jours (30-31 août) marque le démarrage des activités du projet “Seen Suuf” au niveau de son institution, notamment avec l’amélioration de la gestion foncière de façon globale.

“On a des sites pilotes au niveau des régions de Kaffrine et Kaolack, mais l’objectif final, c’est de passer à l’échelle pour couvrir l’ensemble du territoire national”, a-t-elle indiqué. Elle précise que le projet repose sur trois composantes : l’amélioration de la gouvernance foncière, le renforcement des compétences et l’amélioration du cadre juridique.

 

“L’USSEIN gère la composante 2, le renforcement des compétences, parce que nous voulons avoir une masse critique d’experts qualifiés dans l’administration publique et dans le secteur privé pour une gestion foncière durable et équitable dans le très long terme”, a expliqué Pr Ndèye Coumba Touré Kane.

ADE/ASG/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FOOTBALL / Equipes nationales :  l’osmose entre les staffs en ligne de mire pour continuer à gagner

  Dakar, 15 avr (APS) – La Direction technique nationale (DTN) a réuni ce lundi…