Thiès, 1 er déc (APS) –  Thiès est la région qui attire le plus d’investissements directs étrangers, après celle de Dakar, avec plus de 935 milliards de FCFA, pour quelque 300 projets en 2022, a indiqué vendredi, le directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux de l’Etat (APIX), Abdoulaye Baldé.

“C’est à peu près 935 milliards de FCFA (d’investissements) qui sont concernés”, a dit Abdoulaye Baldé, au terme d’un CRD spécial dédié à la présentation de la situation des projets agréés par l’APIX dans la région de Thiès.

Selon Kadio Fofana Diop, directrice des services aux investissements, 915,1 milliards de FCFA d’investissements privés ont été réalisés dans la région de Thiès, en 2022, dont 56,8% dans le secteur secondaire, surtout les mines.

Le secteur tertiaire vient en deuxième position, avec notamment le tourisme, l’éducation à travers l’ouverture d’écoles privées. Le secteur primaire vient en troisième lieu, freiné qu’il est par un manque d’infrastructures.

Au sein de la région, le département de Thiès arrive en tête, en recevant 645,5 milliards de FCFA, suivi de Mbour (222, 1 milliards de FCFA), a détaillé Mme Diop.

Au plan national, Dakar est la première région, avec 657,55 milliards de FCFA, soit 67,877%  des investissements directs étrangers. Thiès arrive loin derrière avec 160,015 milliards de FCFA, soit 16,5%. Suivent ensuite Saint-Louis (8,547%) et Diourbel.

Le Sénégal figure dans le “Top ten” des destinations d’investissements directs étrangers en Afrique, dans le classement de la CNUCED, publié le 7 juillet dernier, où il arrive à la 5-ème place, avec un volume de 2,200 milliards de dollars.

“Ce qui place notre pays parmi les destinations des investissements directs étrangers les plus attrayantes au niveau de l’Afrique, passant pour la première fois devant le Nigeria”.

Le DG de l’APIX estime que cette attractivité a été renforcée par la perspective de l’exploitation pétrolière, qui inscrit le pays dans ce qu’on appelle “les dix années glorieuses Sénégal”. Une période durant laquelle le pays s’attend à un taux de croissance à deux chiffres, qui devrait se maintiendra pour une dizaine d’années voire plus, et permettre d’atteindre l’émergence projetée en 2035.

La France est le premier pays investisseur étranger au Sénégal. Parmi ces investisseurs étrangers, il y a des pays africains comme le Burkina Faso et l’Ile Maurice.

Cette rencontre a été l’occasion de faire le point sur les grands projets, parmi lesquels la deuxième phase du train express régional (TER), dont 9 des 19 km concernent la région de Thiès. Une troisième phase de cette ligne ferroviaire qui devra partir de la gare de l’AIBD jusqu’à Thiès, est à l’étude. Le tracé sera prochainement soumis à la validation du ministère en charge des Infrastructures et du chef de l’Etat, selon Baldé.

Parmi ces grands travaux structurants, figurent le port de Ndayane, le pôle urbain de Daga Kholpa et la plateforme industrielle de Diass.

La rencontre a été une occasion pour plusieurs élus, notamment ceux venus du département de Tivaouane, et plus particulièrement de ce qu’il convient d’appeler le “Cayor des profondeurs”, de plaider pour faire bénéficier leurs communes respectives de ces investissements.

Le gouverneur Mamadou Oumar Baldé qui présidait la rencontre, leur a demandé d’assurer au préalable la disponibilité d’une assiette foncière pour accueillir des projets, suggérant à l’APIX de mettre en place une base de données des communes intéressées et les secteurs dans lesquels elles voudraient bénéficier d’investissements, afin d’y orienter les entreprises qui se manifesteront.

Il s’est dit prêt à accompagner les collectivités territoriales “qui veulent progresser”, pour qu’elles captent ces investissements.

ADI/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…