Dakar, 17 oct (APS) – La Campagne sénégalaise pour la défense d’Al Qods et la Palestine invite la Cour pénale internationale (CPI) à diligenter une enquête sur ‘’des crimes de guerre’’ qu’Israël ”est en train de perpétrer” dans la bande de Gaza.

‘’La Campagne sénégalaise pour la défense d’Al Qods et la Palestine invite la Cour pénale internationale (CPI), à diligenter une enquête sur des crimes de guerre que [l’Etat d’Israël] est en train de perpétrer dans la Bande de Gaza (…)’’, indique-t-elle dans un communiqué transmis à l’APS.

Cette organisation pro-palestinienne a réitéré son attachement à ‘’l’avènement d’un État palestinien viable’’.

Elle a invité la communauté internationale à prendre en compte ‘’la position’’ du Sénégal ‘’dans le combat pour la libération et l’indépendance totale de la Palestine’’.

Le gouvernement du Sénégal a réitéré la nécessité de “raviver au plus vite’’ les négociations entre les parties prenantes pour parvenir à l’objectif fixé par les Nations unies d’arriver à deux Etats indépendants.

La campagne sénégalaise pour la défense d’Al Qods et la Palestine appelle les Nations Unies, l’OCI, la Ligue  arabe, ainsi que l’Union africaine (UA), ainsi que les Organisations internationales à se prononcer pour ”mettre fin aux agissements illégaux et contraires aux Droits humains et au  Droit international, qui peuvent mettre en péril la paix et la stabilité au Proche et Moyen Orient et dans le monde entier”.

Elle demande “avec insistance au Sénégal, en sa qualité de garant des droits du peuple palestinien de convoquer l’ambassadeur d’Israël à Dakar pour lui exprimer la colère et la consternation des musulmans (…)”.

Le Sénégal préside depuis sa création en 1975 par les Nations unies, le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.

La Campagne sénégalaise pour la défense d’Al Qods et la Palestine ‘’estime que cette offensive israélienne menée contre la bande de Gaza est le prolongement de celle perpétrée depuis 2014’’.

Cette l’opération dénommée ‘’Bordure protectrice’’ menée par Israël du 8 juillet au 26 août 2014, avait causé près de 2 200 morts côté palestinien, très majoritairement des civils selon les organisations humanitaires, et 73 côté israélien, dont 67 soldats.

Elle a, en outre, exprimé, ‘’ses regrets et son étonnement’’ face au ‘’silence assourdissant des régimes arabes et islamiques’’ et des organisations des droits de l’homme ‘’au sujet des attaques contre le peuple palestinien opprimé’’.

Israël et le Hamas sont en guerre et les morts se comptent par centaines de part et d’autre après le déclenchement d’une offensive militaire surprise et spectaculaire du mouvement palestinien, le 7 octobre dernier.

Le mouvement palestinien constitué d’une branche politique et d’une branche armée avait tiré des milliers de roquettes, infiltré des combattants en territoire israélien et capturé des civils et militaires israéliens.

En réaction, Israël multiplie depuis lors les bombardements sur la bande de Gaza qu’il a soumise à un blocus.

ABB/OID/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / A la Une, la rencontre Bassirou Diomaye Faye-Emmanuel Macron

Dakar, 21 juin (APS) – Les quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalais…