Dakar, 27 nov (APS) – L’organisation de la prochaine élection présidentielle, la sécurité publique, la délivrance des passeports et l’émigration faisaient partie des préoccupations des députés, lors de l’examen du budget du ministère de l’Intérieur pour l’année 2024.

Ce budget d’un montant de 237 milliards 231 millions 350 mille 287 francs CFA en termes d’autorisations d’engagement a été adopté par l’Assemblée nationale.

Cent vingt-six députés l’ont adopté, 36 autres l’ont rejeté.

‘’L’organisation de l’élection présidentielle de 2024 et le renforcement des crédits destinés au programme de construction et d’équipements de l’administration territoriale sont à l’origine de la hausse du budget du ministère de l’Intérieur’’, a expliqué le ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba, lors de son examen.

Les députés de l’opposition ont exigé du ministre de l’Intérieur, Sidiki Kaba, l’organisation d’une élection présidentielle ‘’libre’’ et  ‘’transparente’’, le 25 février 2024.

Beaucoup d’entre eux estiment que M. Kaba, en raison de son appartenance à la majorité présidentielle, n’a pas la légitimité requise pour organiser le prochain scrutin présidentiel.

Ismaïla Diallo, Mohamed Ayib Daffé et Bara Gaye, qui sont tous membres du groupe Yewwi Askan Wi, soutiennent que M. Kaba n’est pas en mesure d’organiser des élections libres et transparentes à cause de son appartenance à l’une des parties concernées.

‘’Les résultats sortis des urnes seront respectés’’

Sidiki Kaba, avocat et ancien militant des droits de l’homme, est l’un des leaders de l’Alliance pour la République (APR), le parti au pouvoir, et de la coalition de la majorité présidentielle à Tambacounda (est).

Les députés lui ont réclamé les rapports des enquêtes annoncées après les violences politiques de 2021 et de juin dernier, au cours desquelles plusieurs personnes ont été tuées.

Ils ont demandé au ministre de l’Intérieur de renforcer le personnel et les équipements de la Police nationale.

La députée Anyeu Mbengue, du groupe majoritaire Benno Bokk Yaakaar (BBY), a réclamé l’installation de nombreuses caméras de surveillance dans le territoire national.

Sa collègue Amy Ndiaye, du même groupe, maire de la commune de Gniby (centre), a soutenu cette revendication.

Adji Mergane Kanouté, de BBY, s’est réjoui du ‘’professionnalisme’’ des forces de défense et de sécurité.

Le président du groupe Benno Bokk Yaakaar, Abdou Mbow, a réclamé avec insistance ‘’le renforcement du dispositif sécuritaire de la Police nationale’’.

Plusieurs députés ont demandé au ministre de l’Intérieur de décentraliser les services chargés de la confection et de la délivrance des passeports et d’en installer davantage dans les ambassades et consulats du Sénégal à l’étranger.

Sidiki Kaba a promis aux députés d’organiser une élection présidentielle ‘’libre et transparente’’, le 25 février prochain.

‘’Je voudrais vous assurer que l’élection sera libre et transparente’’, a-t-il déclaré.

Selon M. Kaba, il est impossible de tricher aux élections au Sénégal, dans la mesure où les candidats ont des représentants dans les bureaux de vote.

‘’Les résultats sortis des urnes seront respectés’’, a-t-il soutenu, tenant à rassurer les députés en même temps, concernant la sécurité publique.

‘’Nous avons un plan pour les commissariats de police […] Quatre-vingt-dix pour cent du territoire national est couvert par le maillage sécuritaire de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale’’, a assuré Sidiki Kaba.

Une ‘’baisse’’ de la production des passeports

M. Kaba a dit qu’il ne se prononcerait pas sur le sort des centaines de personnes arrêtées, celles dont les procès ‘’sont en cours’’ notamment.

Les forces de défense et de sécurité sénégalaises sont d’‘’un très grand professionnalisme’’, selon le ministre de l’Intérieur.

Les accusations dont elles sont l’objet sont ‘’inacceptables’’, a-t-il répondu lorsque des députés ont estimé que des policiers et des gendarmes avaient fait usage de ‘’balles réelles’’ contre des manifestants.

‘’Il ne sert à rien de faire des accusations graves contre les forces de défense et de sécurité en les accusant de tous les maux, d’avoir fait usage de balles réelles et de toutes les violences commises’’, a soutenu le ministre de l’Intérieur.

Il ajoute que ‘’ce sont des gens qui consacrent leur vie à notre sécurité’’. ‘’Ces forces républicaines ont besoin de respect, de considération et même d’affection.’’

‘’Les forces de l’ordre ont fait preuve de professionnalisme et ont gardé leur sang-froid. Sans cela, il y aurait eu des carnages’’, a martelé Sidiki Kaba, se réjouissant des équipements que l’État est, selon lui, en train de construire pour les sapeurs-pompiers.

‘’On a mis du matériel à la disposition des quelque 6.000 agents de ce corps, avec pas moins de 500 véhicules’’, a dit M. Kaba en parlant des sapeurs-pompiers.

Les services concernés font de leur mieux pour délivrer des passeports aux Sénégalais qui en font la demande, a-t-il assuré, tout en faisant état de dysfonctionnements à l’origine d’‘’une baisse’’ de la production des passeports. ‘’Nous sommes en train d’y remédier.’’

‘’Nous ferons en sorte que les Sénégalais, ceux qui vivent à l’étranger notamment, aient ce document précieux et qu’ils puissent mener leurs démarches administratives dans leur pays d’accueil’’, a promis le ministre de l’Intérieur aux députés.

CS/OID/ASB/ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE / Décès de El Hadji Alé Niang, la “voix” de Bambey

Bambey, 27 fév (APS) – Le président des communicateurs traditionnels de Bambey (cent…