De l’envoyé spécial de l’APS, Abdoulaye Badji

Dubaï, 3 déc (APS) – Le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a présenté, dimanche à Dubaï, dans le cadre de la 28ème Conférence des Nations unies sur le climat, plusieurs infrastructures routières et initiatives réalisées au Sénégal pour lutter contre le changement climatique, à travers la réduction des émissions des gaz à effet de serre, a constaté l’APS.

‘’Cette 28ème Conférence des Nations unies sur le climat, ici à Dubaï, nous permet de nous positionner dans le cadre de la recherche des financements verts’’, a expliqué le directeur général des Infrastructures routières et du Désenclavement, Mamoudou Alassane Camara.

Il s’entretenait avec des journalistes, à l’issue d’un panel organisé en partenariat avec le ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, au stand du Sénégal. Ce panel est axé sur les défis des changements climatiques dans les secteurs des infrastructures et des transports terrestres.

‘’Les financements verts dans le secteur des transports sont encore dérisoires pour notre pays’’, a-t-il relevé. Il explique que c’est la raison pour laquelle le ministère a entrepris plusieurs initiatives allant dans le sens de ‘’hisser nos infrastructures routières aux standards internationaux respectueux de l’environnement’’.

‘’Concernant la réduction des émissions de gaz, le Sénégal a entrepris depuis longtemps le renouvellement de son parc automobile vieillissant, en réformant le secteur grâce à une nouvelle loi d’orientation qui intègre la question environnementale en priorité’’, a-t-il rappelé.

Il a signalé qu’un fonds de développement des transports terrestres a été mis en place ‘’dans le but d’accompagner les acteurs du transport à renouveler leurs véhicules’’.

L’Etat du Sénégal s’est aussi lancé dans la modernisation du transport de masse avec la mise en place du Bus transit rapide (BRT) et du Train express régional (TER), des ‘’projets sobres en carbone’’, selon lui.

Il a indiqué que le TER transporte en moyenne 60.000 passagers par jour, ajoutant que le BRT, dont le lancement est prévu avant la fin de l’année, va transporter 300 000 personnes par jour.

Il signale qu’un schéma approprié est à l’étude pour le prolongement du TER vers les villes de Thiès et Mbour.

Il s’est félicité de ces deux projets extrêmement importants, qui vont contribuer à réduire les gaz à effet de serre émis dans le secteur du transport terrestre.

Il a annoncé un inventaire des émissions de gaz du secteur, dans le but de faciliter l’accès aux financements verts qui restent ‘’encore dérisoires’’ pour le Sénégal.

‘’Un inventaire des émissions de gaz ainsi que d’autres projets plus résilients conformes aux standards internationaux en matière de réduction des émissions de gaz seront soumis aux partenaires financiers’, a-t-il ajouté.

Dans le cadre du Plan d’actions prioritaires du PSE (PAP3), dit-il, il est prévu ‘’beaucoup de projets conformes’’ à des actions de résilience, de réalisation de routes résilientes aux effets du climat et de la température.

Plusieurs officiels et membres de la délégation du Sénégal ont pris part à cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des animations thématiques prévues au stand Sénégal, à l’occasion de cette 28e COP à Dubaï, aux Emirats arabes unis.

AB/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…