De l’envoyé spécial de l’APS, Abdoulaye Badji

Dubai, 12 déc (APS) – Le nouveau texte d’accord sur le premier Bilan mondial de l’Accord de Paris, dont l’objectif principal est de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 43 % d’ici 2030, est en train d’être rédigé en tenant compte des lignes rouges de chaque pays, a indiqué mardi le directeur exécutif de la 28e Conférence des parties, Masjid Al Suwaidi.

‘’Le nouveau texte comprend tous les éléments dont nous avons besoin pour un plan global à l’horizon 2030’’, a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

‘’Tout y est de l’atténuation, à l’adaptation, les moyens de mise en œuvre, les pertes et dommages’’, a-t-il énuméré, rappelant que le processus des parties est fondé par une question d’ambition et d’équilibre.

Il a relevé que ‘’certains pays veulent une élimination progressive des combustibles fossiles’’. Il ajoute que ‘’d’autres veulent une réduction progressive, voire des formulations différentes pour atteindre cet objectif principal de l’Accord de Paris’’.

‘’D’ores et déjà, même lorsque le nouveau texte final sera publié, nous serons ouverts à d’autres réactions’’, a-t-il promis.

Il a assuré que la présidence de la COP 28 est engagée à aider les parties à se mettre d’accord sur le meilleur plan possible pour le monde.

‘’Nous avons maintenant besoin qu’elles se retroussent les manches et nous donnent le texte dont nous pourrons tous être fiers’’, a-t-il encore déclaré.

Le directeur exécutif de la COP 28 a rappelé que l’objectif est de savoir comment remettre l’Accord de Paris sur les rails, d’atteindre 1,5°C, c’est-à-dire de réduire les émissions mondiales de 43 % d’ici 2030.

‘’Un des objectifs de la COP 28 des Émirats arabes unis, comme l’exige l’Accord de Paris sur le climat, est de présenter le tout premier Bilan mondial, c’est-à-dire une évaluation complète des progrès réalisés par rapport aux objectifs climatiques’’, selon un communiqué de presse.

La présidence de cette COP 28 a ainsi la charge de diriger un processus permettant à toutes les parties de convenir d’une feuille de route claire pour accélérer les progrès grâce à une transition énergétique mondiale pragmatique et à une approche qui ne laisse personne de côté en faveur d’une action climatique inclusive, ajoute la même source.

Ouverte le 30 novembre, la 28e Conférence des parties prend fin officiellement ce mardi en attendant la publication d’un nouvel accord consensuel sur la transition énergétique à mener d’ici 2030.

Au total, 198 pays pour un total de 80 000 participants ont pris part à cette 28e Conférence des Nations unies sur le climat, selon les autorités émiraties.

AB/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-UNIVERSITE-HUMEUR / Université de Bambey : les enseignants vacataires décrètent trois jours de grève

Bambey, 4 mars (APS) – Le Collectif des enseignants vacataires de l’université…