Tambacounda, 26 juin (APS) – Le gouverneur de Tambacounda, Oumar Mamadou Baldé, a procédé lundi, à la réception de 50 tonnes de semences de maïs hybride visant à booster la production de cette céréale dans la région orientale du pays.

“Nous réceptionnons aujourd’hui les semences dans le cadre du programme maïs hybride qui a été lancé par le gouvernement”, a précisé le chef de l’exécutif régional lors de la cérémonie qui s’est tenue à la gouvernance de Tambacounda.

Il a précisé que “la SODAGRI a déjà mis en place des semences hybrides de maïs” pour permettre “de booster notre production et de réduire l’écart que ”nous avons par rapport à nos objectifs”.

“Le Kilo de semence de maïs hybride coûte 5000 francs, l’Etat l’a subventionné à hauteur de 50%, ce qui fait qu’il revient aux producteurs à 2500 francs le kilo et la tonne à 2,5 millions francs”, a-t-il-rappelé.

“Mais en terme de rendement, nous pouvons avoir une révolution au Sénégal,  parce que, quand on va aller au-delà de 8 tonnes à l’hectare, le pays peut bien résorber son gap en déficit alimentaire, surtout par rapport à la céréale maïs”, a ajouté le gouverneur Baldé.

Selon lui, “c’est avec  beaucoup d’espoir que les semences sont en train d’être reçues, en plus de l’arrivée du quota de la région de Tambacounda en tracteurs”, a-t-il dit. “La révolution agricole est en marche au niveau de la région”, a-t-il salué.

Le gouverneur a demandé aux producteurs de faire preuve “de beaucoup de vigilance”, parce que, a-t-il ajouté, “ces semences hybride exigent la réunion d’un certain nombre de conditions, il faudra veiller à mettre les intrants au moment où il le faut”.

A l’en croire, si on décale de quelques jours voire de quelques semaines, ”l’espoir qu’on a d’atteindre les 8 tonnes à l’hectare peut être faussé”.

“Donc, [il faut mettre] mettre les semences en terre à date, mais également mettre les intrants à date, le reste prier pour qu’il y ait une bonne pluviométrie et nous pouvons multiplier par deux voire par trois les productions que nous avions habituellement au niveau de la région de Tambacounda”, a conseillé M. Baldé.

Cette année, le ministre de l’Agriculture a initié un vaste programme de 30 mille hectares au niveau national pour essayer de booster la production  de maïs, qui est de 560 mille tonnes, a rappelé le président du collège des producteurs du mais au Sénégal, Pape Banda Dièye.

“Donc, nous voulons combler le gap qui est de 1,2 jusqu’à 1,5 millions de tonnes d’ici les trois ans à venir”, a fait savoir M. Dièye.

Le maire de la commune de Tambacounda, par ailleurs président du collège des producteur de maïs de la zone, a affirmé que les semences reçues vont améliorer la production de la céréale.

“Un hectare de maïs ordinaire en moyenne produit  2 à 3,5 tonne à l’hectare alors qu’avec les semences hybride, on peut aller jusqu’à plus de 5 tonnes”, a-t-il ajouté.

Il a informé qu’”un lot de 50 tonnes de maïs de la variété DK777 est réceptionnée, en attendant les 40 tonnes qui seront réceptionnées dans la journée, ce qui fait 90 tonnes de semences de maïs hybride prévues cette année pour les régions de Tambacounda et de Kédougou”.

Selon lui, l’interprofession du maïs compte 32335 membres à l’échelle du Sénégal.

BT/ASB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MUSIQUE / Idriss Benjelloun veut imprimer “une autre vision” au festival de jazz de Saint-Louis

Saint-Louis, 20 mai (APS) – Idriss Benjelloun, nouveau président de l’Association Sa…