Pandiénou, 27 avr (APS)- Le chargé d’adaptation au changement climatique du Fond mondial pour l’environnement (FEM), Jason Spensley, a magnifié lors d’une visite à Pandiénou, un village situé dans la commune de Pambal (Thiès), les efforts de résilience climatique des populations de cette localité, a constaté l’APS.

Cette visite  qui s’est déroulée  mercredi en présence des autorités locales et administratives était axée sur des thèmes tels que l’élaboration, le perfectionnement de stratégies et d’outils d’adaptation au changement climatique (ACC) mais également sur le renforcement des capacités et diffusion des stratégies, technologies et bonnes pratiques auprès des petits producteurs locaux.

‘’C’est un honneur pour nous d’être dans ce beau village pour connaître les réalités du terrain. C’est impressionnant de voir la façon dont les gens s’adaptent à la réalité climatique’’ a-t-il-déclaré.

M. Spensley intervenait lors d’une visite de terrain effectuée au village de Pandiénou, situé dans la commune de Pambal par des représentants du FEM venus de 17 pays d’Afrique francophone pour découvrir les résultats obtenus par un projet visant à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des communautés grâce au développement de moyens de subsistance résilients aux effets du changement climatique.

‘’En tant que représentant du Fond mondial pour l’environnement, nous ferons tout ce que nous pouvons pour aider ces populations à s’adapter à leurs nouvelles réalités climatiques’’ a promis M. Spensley.

Les experts du Fond mondial pour l’environnement originaires de 17 pays africains ont visité également le premier périmètre maraîcher du groupement des femmes ‘’And Liggeey de Pandiénou’’ dont l’objectif est de promouvoir l’autonomisation des femmes et de renforcer leur adaptation au changement climatique.

‘’Dans notre périmètre, nous cultivons plusieurs variétés de légumes, des oignons, des poivrons, des tomates, des aubergines, du gombo etc., à chaque saison, nous varions les cultures. On parvient à régler certains  besoins à travers cette parcelle’’ s’est réjouie, Onastasia Thiaw, secrétaire du groupement de femmes ‘’And Liggeey de Pandiénou’’.

Ce groupement de femmes, a bénéficié également du programme ”Champ-école” introduit dans la zone des Niayes par la FAO depuis 1999 à travers la culture maraîchère.

‘’Nous avons bénéficié à cet effet de formation. Ce qui nous a permis de connaitre le secteur et de maitriser l’écosystème des plantes’’ a-t-elle-dit.

Dans cette quête d’adaptation au changement climatique, le groupement de femmes ‘’And Liggeey de Pandiénou’’ utilise des intrants naturels et biologiques pour fertiliser les sols et récolter des produits de qualité.

‘’Nous n’utilisons pas les engrais, nous préparons notre composte en creusant un grand trou ensuite nous y mettons tous les débris et les déchets qui se trouvent dans les champs puis nous y ajoutons du cendre. Au bout de 3 mois, vous aurez des fertilisants naturels et biologiques’’ a encore expliqué Mme. Thiaw.

La délégation composée de 17 représentants de pays d’Afrique francophone séjourne au Sénégal depuis lundi dans le cadre d’un atelier régional et stratégique du Fonds mondial pour l’environnement (FEM)  organisé à l’intention des pays moins avancés (PMA) de la zone francophone.

ABD/AB

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans environnement

Voir aussi...

SENEGAL-HYDRAULIQUE-SOCIAL / Adduction d’eau potable : 50 branchements sociaux pour des ménages pauvres de Louga  

Louga, 20 juil (APS) – Le président du collectif des Lougatois pour l’entre-ai…