Dakar, 24 jan (APS) – Le film documentaire ‘’Dahomey’’ de la réalisatrice française d’origine sénégalaise Mati Diop fait partie des vingt films de la compétition officielle internationale de la 74ème édition du festival international du film de Berlin dénommé ‘’La Berlinale’’ prévue du 15 au 24 février, a appris l’APS.

L’actrice mexicano-kényane Lupita Nyong’o qui a joué dans le célèbre film ‘’Black Panther 1 et 2’’ présidera le jury de la compétition officielle de la Berlinale, indiquent les organisateurs sur le site Internet dédié à l’évènement.

Le film de Mati Diop, entre fiction et documentaire, retrace le voyage de trésors royaux d’Abomey, pris lors de la colonisation du Bénin et restitués par l’Etat français à leur pays d’origine.

Le Dahomey, ancien royaume africain, est situé sur l’actuel Bénin qui a reçu, dans le cadre de la restitution du patrimoine africain initiée par le président français Emmanuel Macron, les 26 pièces d’arts sacrés pillés dans des palais royaux lors de l’invasion des troupes coloniales françaises en 1892.

En novembre 2021, vingt-six trésors royaux du Dahomey quittent Paris pour être rapatriés vers leur terre d’origine, le Bénin.

La réalisatrice Mati Diop s’interroge sur comment vivre ce retour de ”ces ancêtres” dans un pays qui a dû se construire et composer avec leur absence.

‘’Tandis que l’âme des œuvres se libère, le débat fait rage parmi les étudiants de l’université d’Abomey Calavi’’, écrit-elle dans le synopsis du film dont la sortie est prévue en septembre 2024.

Mati Diop réalisatrice de ‘’Atlantiques’’ a été lauréate du Grand prix du jury au festival de Cannes en 2019.

Un autre film sénégalais est en lice dans la catégorie ‘’sélection rencontre’’ de la Berlinale 2024. Il s’agit du film ‘’Demba’’ de Mamadou Dia qui fait le portrait d’un homme de 55 ans s’apprêtant à prendre sa retraite après 30 ans de service dans la mairie de sa petite ville du Nord du Sénégal.

Dans sa note d’intention, le cinéaste estime que ‘’Demba’ explore cette tension entre le deuil et la guérison, l’appartenance et la séparation, la santé mentale et les troubles psychiatriques, à travers la vie d’un homme d’âge mûr.

‘’L’idée est née d’une véritable question: comment une société qui n’a pas de mot pour +dépression+ peut-elle y faire face ?’’, se demande Mamadou Dia, réalisateur du film ‘’Baamun Nafi’’ (Le père de Nafi en fulani).

Sur les 20 films en compétition officielle, figurent le film ‘’Black tea’’ de Abderrahmane Sissako (Mauritanien-France), ‘’Mé el Aïn’’ de Meryam Joobeur (Canada-Tunisie), ‘’Pepe’’ de Nelson Calos et De Los Santos Arrias (République dominicaine-Namibie), entre autres.

FKS/SBS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-ASIE-MEDIAS / L’APS et l’AZERTAC, son homologue d’Azerbaïdjan, signent un accord de partenariat

Susha, 22 juil (APS) – L’Agence de presse sénégalaise (APS) et l’Agence d’informatio…