Tambacounda, 24 jan (APS) – La Direction de la prévention et de la gestion des Inondations (DPGI) a remis mercredi aux autorités administratives et territoriales une cartographie des zones à risque d’inondation à l’échelle nationale ainsi que des sept zones pilotes les plus vulnérables aux inondations dont Tambacounda, a constaté l’APS.

‘’Le but de cette rencontre est de partager avec les autorités administratives et territoriales, les résultats de la cartographie des zones à risque d’inondation à l’échelle nationale et sur les 7 zones pilotes du Sénégal, les plus vulnérables aux inondations, dont Tambacounda’’, a dit Madické Cissé, directeur de la prévention et de la gestion des inondations.

Il s’exprimait lors d’un comité régional de développement (CRD) sur la campagne de sensibilisation de la cartographie des zones inondables dans la zone pilote de Tambacounda.

”Un système d’information géographique a été réalisé pour améliorer la connaissance des zones à risque d’inondation sur toute l’étendue du territoire”, a-t-il indiqué, expliquant que cette cartographie est un outil d’aide à la prise de décision pour les autorités administratives et territoriales de la région.

”Elle permet d’identifier tous les réseaux hydrographiques dormants du modèle numérique de terrain réalisé et d’assurer la mise en place des cartes des vulnérabilité sur les hauteurs et vitesses des eaux pluviales”, a-t-il ajouté.

M. Cissé a relevé que cet outil va permettre aux autorités de prendre en compte le risque d’inondation de la commune de Tambacounda et à l’échelle régionale dans les aménagements futurs.

Il a indiqué que dans la ville de Tambacounda, les zones d’expansion ont été identifiées. ”Nous allons mettre à la disposition des autorités des cartes pour que, demain, dans le cadre d’aménagements  futurs, on ne puisse pas installer n’importe où des infrastructures de base’’, a insisté M. Cissé par ailleurs  coordonnateur du Projet de gestion intégré des inondations au Sénégal (PGIIS).

”La principale zone à risque d’inondation de la commune de Tambacounda, a-t-il fait savoir, se trouve autour des quartiers environnants du Mamacounda”, un bras de fleuve qui traverse la ville.

Selon lui, ”il n’est plus question qu’aujourd’hui, avec le niveau de connaissance que nous avons sur la zone de Tambacounda, qu’on puisse installer une école, ou bien une autre infrastructure dans une zone inondable ou faire un projet de lotissement sans prendre en compte le risque d’inondation”.

Madické Cissé a rappelé que la cartographie des zones inondables du Sénégal a permis de déceler à travers une étude basée sur le Modèle numérique de terrain (MNT), vingt-neuf villes comme étant les plus vulnérables aux inondations.

Parmi ces vingt-neuf villes, il y a sept zones pilotes extrêmement vulnérables aux inondations sur l’étendue du territoire, a-t-il précisé, citant Dakar, Tivaouane, Joal, Touba, Diourbel, Matam, Kaolack, Kaffrine, Tambacounda, Kolda et Kédougou.

BT/AB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Tambacounda : lancement de la campagne d’exploitation forestière dans la région (IREF)

Tambacounda, 20 fév (APS) – L’inspection régionale des eaux et forêts (IREF) de Tamb…