Dakar, 17 jan (APS) – Les quotidiens reçus mercredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS) se font largement écho des requêtes introduites au Conseil constitutionnel aux fins de validation ou d’invalidation de candidatures à l’élection présidentielle du 25 février 2024.

Le Conseil constitutionnel a publié, vendredi dernier, la liste provisoire des 21 candidats à l’élection présidentielle du 25 février 2024.

Conformément aux dispositions de l’article L. 127 du Code électoral, ‘’le droit de réclamation contre la liste des candidats (était) ouvert à tout candidat dans les 48 heures suivant le jour de l’affichage”.

‘’Le choc des recours’’, titre Sud Quotidien qui souligne que ‘’la bataille des recours au niveau du Conseil Constitutionnel, relativement à la présidentielle de février prochain, est loin de connaitre son épilogue’’.

‘’Hier, mardi (…), elle a coïncidé avec le dépôt au greffe de l’institution de moult requêtes ayant pour objectif la validation ou l’invalidation d’un candidat déclaré à la présidentielle. De Thierno Alassane Sall en bisbille avec la double nationalité de Karim Wade, au candidat de Benno Bokk Yaakar Amadou Ba, en croisade, selon certaines informations contre les candidatures d’Aly Ngouille Ndiaye, Mahammad Boun Abdallah Dionne ou encore Bassirou Diomaye Faye, en passant par le candidat Ousmane Sonko qui revendique devant les +sept Sages+ la recevabilité de sa candidature, le greffe du Conseil constitutionnel a été +submergé+ de recours pouvant vraisemblablement impacter le déroulement du scrutin du 25 février’’, rapporte Sud.

Source A parle de ‘’pluie de recours’’. ‘’Pas moins de dix recours ont été déposés au Conseil constitutionnel après la publication de la liste des candidats retenus pour le moment, pour disputer le fauteuil présidentiel. Et il faut dire que la majeure partie de ces recours ont été déposés, hier. Thierno Alasane Sall, Amadou Bâ, Mary Teuw Niane, Mamadou Yatassaye, Alpha Thiam, Aminata Touré, Abdoulaye Mady Ndiaye ont, tous, introduit des requêtes. Et si les premiers nommés ont formulé des réclamations contre certaines candidatures, tel n’est pas le cas des autres qui demandent le réexamen de leurs parrainages. Dans la même foulée Karim Wade a annoncé avoir remis les preuves de la perte de sa nationalité française par renonciation’’, écrit le journal.

”Pluie de recours’’, dit également le quotidien Bës Bi. ‘’Recalé de la Présidentielle faute d’une attestation de caution, Ousmane Sonko a introduit hier un recours auprès du Conseil constitutionnel. En même temps, Bassirou Diomaye Faye, déjà sur la liste des 21 candidats retenus, voit désormais son cas suspendu sur la réclamation déposée par le camp présidentiel contre sa candidature’’. relève le journal.

La même publication rapporte aussi qu’après le Conseil constitutionnel, puis l’Union européenne, ‘’le Collectif des candidats invalidés au parrainage a interpellé le Président Macky Sall. Dans une lettre publiée hier, Mimi Touré et les 43 autres leaders lui ont adressé une +requête aux fins d’une reprise du contrôle du parrainage+’’.

Le quotidien Kritiik signale qu’à ‘’travers une correspondance intitulée : +Élection présidentielle du 25 février 2024 : Requête aux fins d’une reprise du contrôle du parrainage suite aux graves manquements relevés lors du contrôle de validation+, le +Collectif des Candidats invalidés au Parrainage+ demande au Président Macky Sall d’user de ses prérogatives, afin de rétablir, absolument, les candidats invalidés dans leurs droits+’’.

Selon L’Info, ‘’le fait est presque inédit ! Des candidats à la présidentielle cherchent coûte que coûte à éliminer des concurrents, à travers des recours contre la candidature de ces derniers. C’est le cas de Thierno Alassane Sall qui vise Karim Wade qui a démenti hier sa double nationalité, et Amadou Ba, qui veut mettre hors course les transfuges de BBY et Bassirou Diomaye Faye de Pastef dissous’’.

L’As note que ‘’c’était le défilé hier au Conseil constitutionnel des mandataires des candidats recalés pour la prochaine élection présidentielle, qui ont déposé des recours devant les 07 sages’’.

”Mais, ajoute la publication, il n’y avait pas qu’eux. Car Me Amadou Sall, mandataire de Amadou Ba, a également débarqué sur les lieux pour introduire des recours visant l’annulation de la candidature de certains des adversaires du Premier ministre aux joutes électorales du 25 février. A noter aussi que Thierno Alassane Sall est passé à l’action pour éjecter Karim Wade des listes des candidats validés par Mamadou Badio Camara et Cie’’.

Le journal Le Quotidien souligne que ‘’pour avoir contresigné le décret de dissolution du parti Pastef en tant que Premier ministre, le candidat Amadou Ba a voulu être cohérent en introduisant un recours contre la candidature de Bassirou Diomaye Faye. Ce dernier se présentant à la Présidentielle +dans l’année qui suit la dissolution de son parti+’’.

Selon WalfQuotidien, ‘’le candidat du PDS répond à Thierno Alassane Sall qui remet en cause sa nationalité +exclusivement sénégalaise+ et qui a saisi le Conseil constitutionnel pour invalider sa candidature’’. ‘’Il a dépêché, hier, son mandataire, Maguette Sy, pour déposer au même bureau +la copie de la preuve attestant de la perte de sa nationalité française par renonciation+’’, note Walf.

OID/AB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-HIVERNAGE / Touba : Cheikh Tidiane Dièye au chevet des habitants touchés par les inondations

Touba, le 20 juil(APS) – Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Cheikh…