Dakar, 23 nov (APS) – Une caravane de sensibilisation sur l’usage du médicament et le dépistage de six maladies, dont le VIH/SIDA, l’hépatite et l’hypertension artérielle, a été lancée jeudi au centre de santé Philippe Maguilène Senghor, à Yoff, avec l’objectif de toucher 1 500 personnes.

‘’La caravane sera déployée dans la semaine du 27 novembre au vendredi 1er décembre. Elle cible 1 500 personnes”, a précisé Ibrahima Diallo, chef du projet de la marque ‘’Les entreprises du médicament (Lem)’’, initiatrice de la caravane.

Cette caravane va sillonner, en plus du centre de santé Phillipe Maguilène Senghor, le centre de santé de Wakhinane Nimzatt à Guédiawaye, le poste de santé de Grand-Yoff, le centre de santé de Grand-Dakar, et le poste de santé de Liberté 2.

Le but recherché à travers cette caravane est de promouvoir le dépistage de maladies, comme le VIH/SIDA, l’hépatite, l’hypertension artérielle, le diabète, l’anémie et le paludisme. Il s’agit aussi de sensibiliser au bon usage du médicament.

Il a indiqué que ‘’des tests rapides seront effectués avec remise immédiate du résultat’’. Il a ajouté qu’’’un accompagnement vers la prise en charge sera proposé, si nécessaire, aux personnes dépistées positives aux tests’’.

‘’Il s’agit de sensibiliser sur le bon usage du médicament’’ par le biais d’’’actions de promotion de la santé et des activités de communication pour véhiculer des messages’’.

Il relève qu’’’il y a des abus ou des incompréhensions’’ dans l’usage des médicaments. La caravane se veut donc ‘’un dialogue direct avec les populations pour combattre les fausses idées’’,  a-t-il soutenu.

‘’Nous voulons intéresser les populations au dépistage. Nous avons l’objectif de toucher les 12 districts de Dakar et entrer à l’intérieur du pays. Il s’agit d’une activité test’’, a-t-il dit.

Le directeur général de la santé publique, Barnabé Gningue, déclare que ‘’cette caravane constitue une médaille à double face’’. ‘’La première face, c’est que le Sénégal s’est lancé dans la souveraineté pharmaceutique. On ne va pas seulement fabriquer des médicaments pour le pays. L’autre face, c’est la relance des soins de santé primaires, et l’utilisation de bons médicaments est une composante essentielle dans ce processus’’, a-t-il dit.

Il soutient que ‘’les populations ne doivent pas acheter un médicament en dehors du circuit officiel’’.

Il a magnifié la portée de cette caravane de santé au moment où le monde fait face au double fardeau que constitue la résistance aux antimicrobiens et les maladies non transmissibles.

Sous ce registre, le directeur de la santé estime que le fil conducteur de ces urgences sanitaires demeure ‘’le bon usage du médicament’’.

Selon la directrice de la santé de la région de Dakar, Ndèye Maguette Ndiaye Ndom, ‘’la relève sera assurée à travers la prise en charge des maladies détectées durant la campagne’’.

Elle a par ailleurs rappelé que Dakar abrite 25% de la population du Sénégal et concentre 75% des problèmes de santé du pays. Cet état de fait prouve selon lui l’importance de soutenir ces genres d’initiatives comme la caravane de santé.

NSS/SKS/ASG/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FORMATION-COLLECTIVITES / Thiomby : plus de 30 millions de FCFA dégagés par an pour la formation des jeunes (élu)  

Thiomby, (Kaolack) 28 fév (APS) – L’équipe municipale de Thiomby, une commune …