Dakar, 22 mai (APS) – La ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, Victorine Anquediche Ndèye, a préconisé, lundi, à Dakar, un renforcement de la coordination et de la coopération entre les acteurs clés du secteur, de manière à favoriser la documentation des bonnes pratiques, l’échange d’expériences et de connaissances, en vue de promouvoir une approche inclusive et participative.

« La promotion de l’économie sociale et solidaire (ESS) ne relève pas d’une seule entité ou d’un seul ministère, mais d’un effort collectif. C’est pourquoi je souhaite encourager tous les acteurs […] à travailler ensemble, à partager leurs idées et leurs ressources, et à promouvoir une approche inclusive et participative de l’ESS », a-t-elle déclaré.

Elle intervenait en marge de la signature d’une convention-cadre enre le Laboratoire de recherche sur les transformations économiques et sociales (Lartes) de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) et « Feed the future », un projet d’appui aux réformes et politiques agricoles, financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

« Nous veillerons également à renforcer la coordination et la coopération entre les acteurs clés de l’ESS, en favorisant la documentation des bonnes pratiques, l’échange d’expériences et de connaissances », a dit la ministre.

Selon Victorine Ndèye, la signature de cette convention-cadre « marque une étape importante » dans l’engagement du Sénégal en faveur de l’économie sociale et solidaire et témoigne d’une « volonté commune de créer un écosystème favorable à l’ESS, en mettant en place des mécanismes d’accompagnement stratégique et technique solides ».

Elle témoigne aussi de la détermination des pouvoirs publics sénégalais « à soutenir et à promouvoir l’ESS à tous les niveaux » de l’administration, du secteur privé, en passant par les organisations de la société civile et « les acteurs engagés », a ajouté Mme Ndèye.

Elle a réitéré « l’engagement de son ministère à renforcer ses capacités institutionnelles, à développer des programmes de capacitation et de sensibilisation, à faciliter l’accès aux financements et à promouvoir les bonnes pratiques en matière d’économie sociale et solidaire ».

« Cette convention nous permettra de consolider et d’élargir nos actions en faveur de l’ESS. Elle ouvre de nouvelles perspectives pour le développement économique et social de notre pays, en mettant en avant les valeurs de solidarité, d’équité et de durabilité », a fait constater la ministre de l’Economie sociale et solidaire.

Cette dernière « représente une approche novatrice qui place l’humain au cœur de nos préoccupations. Elle promeut l’inclusion sociale, l’égalité des chances et la solidarité, tout en favorisant la création d’emplois décents et durables, la pleine exploitation du potentiel de nos terroirs, mais surtout l’instrument nouveau qui vise l’atteinte des objectifs de développement durable », a-t-elle insisté.

L’économie sociale et solidaire offre de même « une solution prometteuse en mobilisant les ressources locales, en encourageant l’entrepreneuriat social et en renforçant les initiatives communautaires. Elle favorise également la participation citoyenne et la responsabilité collective », a poursuivi la ministre en charge de ce secteur.

À travers le programme « Feed the future », l’USAID a contribué au financement de cette convention-cadre. « Je suis convaincue que notre collaboration sera fructueuse et que nous pourrons construire ensemble un avenir meilleur, plus inclusif et plus équitable pour tous », a conclu Victorine Anquediche Ndèye.

SBS/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans economie
Comments are closed.

Voir aussi...

SENEGAL-AGRICULTURE / A Médina Yoro Foula, les mesures nécessaires ont été prises pour une distribution équitable des semences (préfet)

Kolda, 2 juin (APS) – Le préfet du département de Médina Yéro Foula (sud), Alioune B…