Tambacounda, 15 déc (APS) – Une rencontre nationale sur l’intermédiation commerciale et financière sur la chaîne de valeur du baobab s’est ouverte jeudi à Tambacounda (est), en vue de mieux organiser la filière de manière à améliorer ses acteurs.

Cette rencontre de deux jours se tient sous l’égide de Mennonite Economic Development Associates (MEDA), une organisation internationale de développement économique dont la mission est de créer des solutions commerciales à la pauvreté.

“Le baobab représente un arbre symbolique pour le Sénégal et représente aussi des opportunités énormes”, a souligné le gestionnaire des programmes de MEDA Sénégal, Paulin Bossou, à l’ouverture de la rencontre, avant de signaler que MEDA travaille sur plusieurs chaînes de valeur dans les régions de Tambacounda et Sédhiou.

“Nous travaillons sur le riz, la mangue, l’anacarde, les produits horticoles et surtout le baobab”, a-t-il détaillé, ajoutant que le but de cette rencontre est d’amener les acteurs qui sont dans la production, la transformation et la commercialisation, à discuter autour d’une même table, pour arriver à améliorer leurs revenus.

Les actions de MEDA interviennent dans le cadre de projet “Adaptation et valorisation entrepreneuriales en irrigation et agriculture rurales” (AVENIR), qui cible les chaines de valeur telles que le fruit du fruit du baobab, le riz pluvial, la mangue, l’anacarde et les produits horticoles (piment, gombo, bissap, oignon).

“Notre constat a été qu’il y a encore un manque d’organisation des actrices et acteurs qui interviennent dans la chaîne de valeur du fruit du baobab”, a indiqué le gestionnaire des programmes de MEDA Sénégal, affirmant que sa structure intervient au niveau de l’appui transformationnel, en mettant en place des fonds appelés “fonds d’incitations intelligentes”.

“Ce sont des subventions de contrepartie ou parfois des subventions d’innovation pour permettre aux entrepreneurs chefs de file d’acquérir des équipements qui leur permettront d’améliorer leurs capacités de production et leurs capacités de mise en marché”, a précisé M. Bossou.

Sur l’accès aux financements, le gestionnaire des programmes de MEDA Sénégal fait savoir que l’objectif visé par sa structure est d’amener les institutions financières à mettre en place des produits et services financiers répondant aux besoins des acteurs de la filière.

“Notre intervention globale tournent autour de 14 entreprises en ce moment dans la filière baobab”, a-t-il-conclu.

MEDA est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de lutter contre la pauvreté pour un développement durable à travers des solutions basées sur l’entreprenariat et l’amélioration des moyens de subsistance durables pour les femmes et les jeunes.

BT/BK

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AGRICULTURE / Maraîchage : Kaolack a été ‘’très dynamique’’ cette année (DRDR)

Kaolack, 2 mars (APS) – Le sous-secteur du maraîchage s’est avéré ‘’très dynamique’’ dans …