Dakar, 29 fév (APS) – Le directeur de la lutte contre la maladie (DLM) au ministère de la Santé et de l’Action sociale a annoncé, jeudi, à Dakar, l’élaboration prévue par ce département ministériel d’un plan national dédié à la prise en charge des maladies dites rares.

‘’Il faut noter, dans les perspectives, l’élaboration prochaine d’un plan national destiné aux maladies rares’’ et ‘’le renforcement des équipements en cours dans le domaine des explorations radiologiques et biologiques’’, a déclaré Mahamadou Moustapha Diop lors d’un point de presse, à l’occasion de la Journée mondiale des maladies rares.

Selon M. Diop, avec l’élaboration de ce plan national dédié à la lutte contre les maladies rares, les facultés de médecine sénégalaises ‘’vont certainement contribuer au renforcement de la prise en charge des maladies rares dans notre pays’’.

Il note que cette perspective ‘’va certainement ouvrir de réelles perspectives pour l’atteinte des objectifs nationaux dans la lutte contre les maladies rares’’.

La particularité des maladies rares réside dans le ‘’faible niveau’’ de leur compréhension par les populations et le personnel sanitaire, ‘’avec comme conséquences l’errance et l’impasse diagnostique’’, a expliqué Mahamadou Moustapha Diop.

‘’D’importants efforts ont été faits’’

Le directeur de la lutte contre la maladie ajoute que, par conséquent, ‘’la prise en compte des maladies rares est incontournable pour tendre vers la couverture sanitaire universelle’’.

Il précise qu’une maladie rare, par définition, atteint moins d’une personne sur 2.000 en population générale, d’après la définition issue du règlement européen sur les médicaments orphelins.

‘’C’est donc rapporté à sa prévalence en population générale qu’une maladie est dite ‘rare’. Mais à l’échelle individuelle, pour chaque personne qui en est atteinte, c’est ‘sa maladie’, et donc son besoin unique de soins, de traitement et d’accompagnement’’, a soutenu Mahamadou Moustapha Diop.

Il affirme que ‘’d’importants efforts ont été faits dans le cadre de la prise en charge de ces malades, mais des défis sont notés dans la satisfaction de la demande’’.

‘’La prise en charge des maladies rares dans les pays à revenu faible est fortement entravée par la question des ressources humaines spécialisées, la formation, le plateau technique, le financement, la recherche, etc. Le fossé est très grand entre le Nord et le Sud’’, a analysé M. Diop.

Les moyens nécessaires pour la prise en charge des maladies rares ‘’sont coûteux et souvent inaccessibles pour la plupart de nos populations’’, a-t-il signalé.

NSS/SKS/BK/ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-GOUVERNEMENT / Maïmouna Dièye s’engage à promouvoir une ‘’vraie politique familiale’’

Dakar, 12 avr (APS) – La ministre de la Famille et des Solidarités, Maïmouna Dièye, …