Kaolack, 31 août (APS) L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le ministère sénégalais de l’Elevage et des Productions animales (MEPA) travaillent à la vulgarisation d’un guide technique en images pour une ‘’gouvernance responsable du foncier pastoral’’, a annoncé Malick Ndiaye, consultant et coordonnateur des projets pastoraux de la FAO.

Il en a fait la révélation, jeudi à Kaolack (centre), au terme d’un atelier de trois jours (29, 30 et 31 août) de partage, de capitalisation des résultats et de présentation des outils de communication portant sur la fièvre hémorragique Crimée-Congo (FHCC), la COVID-19.

‘’Nous avons édité ce guide de manière participative et inclusive et, aujourd’hui, c’est l’occasion de le présenter, aux différents acteurs de s’en approprier’’, a-t-il déclaré. Il a signalé qu’outre le français, ce guide est traduit dans trois langues nationales : wolof, pulaar et sereer.

‘’Aussi bien le guide que les autres outils de communication sur la fièvre hémorragique Crimée-Congo, ainsi que le guide en images sur la gouvernance responsable du foncier pastoral, ont été traduits dans ces langues pour une large diffusion’’, a indiqué Malick Ndiaye.

Durant l’atelier, les acteurs de développement et les inspecteurs régionaux de l’élevage ont vu leurs capacités renforcées en matière de biosécurité et de biosûreté, pour leur permettre de pouvoir contribuer à stopper certaines pathologies. Ils ont également été outillés sur la résistance aux antimicrobiens (RAM).

En 2019, le monde a fait face à une crise sanitaire sans précédent avec l’apparition du Covid-19. ‘’En plus des impacts sanitaires, cette pandémie a occasionné des conséquences sur les activités socioéconomiques du pays’’, a rappelé Dr Ndiaye.

Pour apporter une réponse à ce fléau, a-t-il souligné, l’Etat du Sénégal a pris certaines mesures de restriction qui ont affecté presque tous les secteurs économiques et sociaux du pays, notamment celui de l’élevage.

Cela s’est notamment traduit par la fermeture des marchés à bétail, qui a réduit l’approvisionnement des ménages en produits animaux, la limitation de la mobilité des troupeaux, les possibilités d’alimentation du bétail et la réduction de l’approvisionnement des transhumants en denrées alimentaires et autres produits.

 ‘’Ces mesures ont eu des répercussions négatives directes sur la sécurité alimentaire des ménages des éleveurs et de leur cheptel’’, a relevé le coordonnateur des projets pastoraux de la FAO.

La FAO s’est engagée à accompagner l’initiative du MEPA par la mise en place d’un projet d’amélioration de la sécurité alimentaire et de résilience des ménages pastoraux transhumants vulnérables affectés par les conséquences du COVID-19.

L’appui s’est traduit par la mise à disposition sous forme de cash transfert d’une valeur de cinquante mille francs CFA à trois mille familles d’éleveurs transhumants ciblées, qui correspond à l’évaluation des intrants (riz, sucre, thé,…) composant le kit tel que proposé par le MEPA.

ADE/ADC

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ISLAM-TABASKI / Richard-Toll : l’Imam appelle à ”cultiver la cohésion sociale”

Richard-Toll, 18 juin (APS) – L’imam ratib de Ndiangue, Bara Fall a appellé se…