Dakar, 28 avr (APS) – L’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop déclare avoir écrit son roman ‘’Un tombeau pour Kinne Gaajo’’ par ‘’devoir de mémoire aux victimes du naufrage du bateau +Le Joola+’’.

‘’J’ai écrit ce roman par devoir de mémoire aux victimes du naufrage du bateau +Le Joola+ et pour ranimer la discussion autour de ce naufrage ’, a-t-il dit, lors d’une rencontre littéraire organisée, dans une librairie dakaroise.

”Le Joola”, un ferry qui assurait la desserte entre Dakar et Ziguinchor (sud), a chaviré le 26 septembre 2002 au large des côtes gambiennes avec près de 2 000 morts et 64 rescapés, selon un bilan officiel.

Avec ‘’Un tombeau pour Kinne Gaajo’’, l’écrivain et journaliste Boubacar Boris Diop signe ainsi son deuxième roman écrit ‘’par devoir de mémoire’’, après ‘’Murambi, le livre des ossements’’ rédigé en souvenir du génocide des Tutsis au Rwanda, perpétré il y a trente ans, entre le 7 avril et le 17 juillet 1994.

‘’Un tombeau pour Kinne Gaajo” retrace la vie d’une femme, écrivaine ratée devenue prostituée et qui est morte dans le naufrage du Joola. Son frère, qui est devenu président de la République, ordonne la construction d’un monument en souvenir des victimes.

Boubacar Boris Diop a expliqué que le changement de personnage dans le titre est lié à la place prépondérante qu’occupe Kinne Gaajo dans le roman.

‘’Kinne Gaajo domine le roman, elle est présentée de la première à la dernière ligne et si on l’enlève du roman, il ne reste rien’’, dit-t-il.

L’écrivain évoque aussi dans son roman Marie Augustine Diatta, une comédienne du théâtre national Daniel Sorano, morte dans le naufrage. Elle a joué dans le film ‘’Faat Kiné’’ d’Ousmane Sembène.

Il suggère que le 26 septembre soit une journée dédiée au recueillement.

‘’Un tombeau pour Kinne Gaajo’’, paru il y a quelques semaines aux éditions ‘’Philippe Rey’’, est la traduction en français de ‘’Bàmmeelu Kocc Barma’’, un roman écrit en wolof et publié en 2019 à ‘’EJO éditions’’ (maison d’édition sénégalaise en langue wolof).

‘’Des pans importants du roman +Doomi golo+ (2003), mon premier livre en wolof sont traduits en anglais dans des revues aux Etats-Unis. Lorsque je lis ces traductions, je ne me retrouve pas. C’est ce qui m’a poussé à traduire moi-même mes livres écrits en wolof’’, a-t-il expliqué.

‘’Il est plus facile pour moi d’écrire en wolof, cependant la traduction est trop difficile. Il y a certains passages dans le roman qu’on laisse comme tels’’, poursuit Boubacar Boris Diop.

Boubacar Boris Diop, lauréat en 2021 du prestigieux Prix Neustadt de l’Université d’Oklahoma, a également reçu en 2000 le Grand Prix littéraire d’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.

‘’Le Temps de Tamango’’ (1981), ‘’Les Tambours de la mémoire’’ (1990), ‘’Le Cavalier et son ombre’’ (2010), ainsi que ‘’Murambi, le livre des ossements’’ (2000) comptent parmi ses livres les plus remarqués.

Boubacar Boris Diop, romancier, essayiste, dramaturge et scénariste a par ailleurs mené une riche carrière journalistique de la fin des années 1970 au début des années 1990.

MYK/FKS/ABB/AB/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Le Djilor à Ziguinchor avec 300 containers pour entamer l’évacuation de la production d’anacarde

Ziguinchor, 28 mai (APS) – Le navire le ”Djilor” a accosté lundi au port…