Dakar, 15 juin (APS) – Le Japon a injecté environ 1.216 milliards 220 millions de francs CFA au Sénégal “de 1960 à nos jours”, un total qui concerne aussi bien la coopération financière non remboursable et celle technique ainsi que les prêts, a déclaré, jeudi, à Dakar, la ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Oulimata Sarr.

Elle présidait l’ouverture des travaux de la revue annuelle conjointe 2023 du programme de coopération liant le Sénégal au Japon.

Selon Mme Sarr, cette session de la revue de la coopération entre les deux pays “constitue une occasion d’avoir une large concertation entre les parties prenantes sur l’état de mise en œuvre de nos projets/programmes et de faire le point sur la situation d’exécution technique et financière des opérations en cours”.

Mme Oulimata Sarr juge ”très satisfaisante” l’exécution du portefeuille des projets japonais au Sénégal, “dans la mesure où elle se fait toujours sur la base d’une démarche qui allie l’efficience et l’efficacité”.

“Il me plaît de relever, et d’en féliciter le Japon, le fait qu’il reste le champion en matière de respect de ses engagements vis-à-vis de ses partenaires”, a-t-elle précisé.

La ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération a rappelé que le portefeuille actif des initiatives de la coopération japonaise comprend “près d’une trentaine de projets” dans les secteurs englobant l’éducation, la formation professionnelle, la santé, l’agriculture, la pêche, l’hydraulique, l’assainissement, les infrastructures et l’environnement.

Ce portefeuille “est essentiellement composé de projets d’assistance technique et comporte des projets en cours de grande envergure”, a-t-elle souligné, en citant la construction de l’usine de dessalement de l’eau de mer à Dakar, l’appui budgétaire à la Couverture maladie universelle (CMU), la réhabilitation du môle 3 du Port autonome de Dakar.

Il s’y ajoute, selon la ministre, “la réhabilitation d’urgence et le renforcement du réseau de distribution énergétique dans la région de Dakar, l’appui budgétaire au programme de soutien au secteur de l’éducation.”

Oulimata Sarr fait remarquer que le projet de construction d’un laboratoire national d’analyse des produits de la pêche et de l’aquaculture en fait également partie. Ce laboratoire devrait être installé dans le pôle urbain de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres du centre-ville dakarois.

Selon son ambassadeur au Sénégal, Izawa Osamu, “le Japon attache une grande importance” à la coopération basée sur les échanges humains.

C’est dans ce sens, soutient-il, que son pays apporte son expérience en matière de développement aux pays bénéficiaires, “en affectant des experts dans plusieurs cabinets des ministères sectoriels” et en envoyant ”de nombreux spécialistes” au Sénégal.

Cette option vise à “permettre un bon déroulement et [une gestion optimale des projets en partageant leurs connaissances et expériences à l’échelle communautaire et nationale”, a soutenu le diplomate nippon.

En plus des 1.216 milliard, 220 millions de FCFA investis dans le pays, “près de 1.300 experts et 1.200 volontaires japonais ont été envoyés au Sénégal pour mettre en œuvre la coopération sur le terrain”, a-t-il ajouté.

Des “résultats concrets ont été constatés [sur le terrain en lien avec l’action de ces experts et volontaires japonais], comme l’augmentation du taux d’autosuffisance en riz”, a indiqué Izawa Osamu.

CS/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-EVENEMENT / Aux origines de la Ziar générale de Tivaouane, un rendez-vous entre un guide spirituel et ses disciples

Tivaouane  21 avr (APS) – Cinq ans après le décès de son père en 1922, Serigne Babac…