Ndiobène (Thiès), 9 juil (APS)  – La première édition d’un forum sur le rônier au service de l’artisanat, s’est ouverte samedi, et ce pour deux jours, dans le village de Ndiobène, dans la commune de Fandène, avec l’objectif de mettre en exergue un mobilier de type amélioré réalisé à base de bois de rônier, fruit de l’innovation de l’artisan Aliou Thiaw.

Axé sur le thème ‘’le rônier au service de l’artisanat’’, ce forum est une tribune pour promouvoir l’artisanat d’art fait à base de rônier, un patrimoine de la communauté sérère none de Fandène jusqu’à  Pire, en passant par Ndiakhaté. Ce type de bois est aussi travaillé au Sud et dans d’autres parties du pays.

Aliou Thiaw, l’initiateur de cet évènement, précise que l’objectif est d’élever le rônier à un plus haut niveau, et donner de la visibilité aux petits artisans qui s’y activent.

La rencontre a enregistré la présence de représentants de la chambre de commerce et de la chambre de métiers, de la mairie de Fandène, mais aussi de proches et amis de l’initiateur, ainsi que d’autres artisans.

Le chef de cabinet du ministre de l’Artisanat, Ousmane Diop qui a procédé à l’ouverture officielle de la rencontre, a salué le travail de préservation accompli par la communauté sérère none.

“Le rônier est la sève nourricière de l’artisanat” à Fandène, Lalane, Ndiobène, etc., a-t-il dit, assurant l’initiateur de ce forum du soutien de la tutelle qui a, selon lui, déjà appuyé l’organisation de cette rencontre.

Jadis, les feuilles de rônier ne servaient qu’à réaliser les toitures des cases, c’est ensuite qu’a commencé la conception de meubles, de paniers, de vans, de chapeaux, etc. exposés le long de la route entre Thiès et Tivaouane.

Aujourd’hui, Aliou Thiaw a apporté sa touche à la valorisation de ce type d’artisanat d’art à base de rônier.  Une exposition-vente est organisée en marge du forum, qui a pour marraine Joséphine Ndione, présidente de l’ONG Groupe de recherches et d’appui aux initiatives féminines (GREF), qui a longtemps œuvré pour la valorisation du rônier.

Sa création à base de rônier associé à du fer forgé, du verre, du raphia et du rotin, rompt d’avec la méthode traditionnelle d’assemblage de bancs et salons en rônier, assemblés avec des clous.

Grâce à une nouvelle technique qui repose sur le tissage de feuilles de rônier sur une ossature en fer, il fabrique des meubles de jardin, notamment des chaises, des fauteuils, des tables à manger, des salons, des balançoires, des berceaux. Les tables sont revêtues de verre et les fauteuils de coussins.

Employant à temps plein une quinzaine de jeunes dans son atelier, Thiaw vend ses meubles de jardin surtout aux hôteliers, mais aussi à des particuliers à la recherche de meubles originaux et de qualité.  Il se dit prêt à partager son savoir-faire à travers des formations, en relation avec la chambre de métiers.

Il souhaite que les pouvoirs publics appuient ce type d’artisanat à travers la construction d’une salle d’exposition qui servira de vitrine pour les créations de qualité en rônier. Ce qui permettra de hisser la qualité du travail des artisans vers le haut.

Pour la marraine,  “le rônier a financé les études de beaucoup de cadres de la zone”, parmi lesquels le maire de Fandène, le ministre Augustin Tine.

Face aux multiples menaces qui pèsent sur l’économie du rônier, son ONG, en relation avec beaucoup de “fils du rônier”, a engagé une réflexion pour sauvegarder cette source de revenus pour des milliers de personnes.  Ces périls sont liés à la pression foncière qui voit beaucoup de rôniers abattus pour laisser la place à des parcelles à usage d’habitation, la réalisation de forages qui assèchent la nappe.

L’initiateur du forum estime à une “quinzaine de millions de francs CFA” les recettes générées par jour, par le rônier, sur l’axe Tivaouane-Thiès.

ADI/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE /  Plaidoyer pour que le 26 septembre soit déclaré jour férié

Dakar, 19 avr (APS) – Le deuxième vice-président de l’association nationale des familles d…