Thiès, 11 jan (APS) – Le Regroupement des électroniciens de Thiès  (RET) a démarré, jeudi, pour trois jours, une session de dépannage gratuit de téléviseurs et d’ordinateurs, doublée d’une formation à la réparation de ces appareils.

Organisée à la Place Mamadou Dia, cette activité, la première du genre, est soutenue par l’Agence de la maison de l’outil (ANAMO), dont le directeur général Maodo Malick Mbaye est le parrain.

L’ANAMO a dépêché une délégation, dont un formateur pour appuyer les électroniciens de Thiès.

Pour Talibouya Traoré, président du RET, son association ne s’est pas fixé de limites en termes de nombre d’appareils à réparer. “Nous allons dépanner tous les appareils qui nous parviendront dans la mesure du possible”, a-t-il dit.

L’idée, selon lui, est de “démontrer les talents” des membres de l’association, créée depuis 2004, mais aussi de venir en aide aux populations, à quelques jours de la Coupe d’Afrique des nations de football, un moment de grande utilisation des téléviseurs.

Le président du Regroupement  des électroniciens de Thiès, par ailleurs délégué à la chambre des métiers de Thiès, a plaidé pour l’installation dans la cité du rail, comme par le passé, d’une usine de montage de matériel électronique, pour créer des emplois.

Il a, dans le même moment, appelé les jeunes à s’intéresser à l’électronique, un “secteur d’avenir”, qui leur offre beaucoup d’opportunités d’auto-emploi, dans un contexte de transition électronique  des appareils dans la quasi-totalité des secteurs: médical,  mécanique, froid, etc.

Elhadji Diallo, coordonnateur de la maison de l’outil de Thiénaba, a salué ce geste de “citoyenneté active”, qu’il considère comme une grande première.

“C’est la première fois qu’on voit des électroniciens s’organiser pour (offrir) des dépannages gratuits”, a-t-il dit, soulignant que les électroniciens, “parents pauvres” du secteur de l’artisanat, méritent d’être appuyés davantage

Mamadou Cissé, directeur des opérations de l’ANAMO  a jugé cette activité “très innovante”, annonçant que sa structure  organisera des formations à la réparation de téléviseurs à écran plat au cours de l’année 2024.

Bien que répondant à un “besoin réel”, ce savoir-faire n’est à ce jour, dispensé de manière spécifique, par aucune école, restant ainsi l’apanage des seuls artisans, a-t-il noté.

“Beaucoup de jeunes ont du mal à s’insérer après leur formation, parce qu’ayant reçu des compétences qui ne correspondent pas aux besoins sur le marché”, a encore relevé le responsable.

Selon M. Cissé, l’ANAMO a contribué à former 5.000 personnes à travers le pays en 2023, selon la demande de chaque région.

En plus d’offrir des formations temporaires, les maisons de l’outil promeuvent l’auto-emploi, en servant de centres d’incubation aux jeunes déjà formés, a-t-il expliqué, non sans insister sur la nécessité pour l’ANAMO de disposer d’un “plus grand soutien”, pour mener à bien sa mission.

Cette année aussi la maison de l’outil de Tivaouane, en cours de réhabilitation, sera ouverte, pour faire passer à sept les structures de ce genre dans la région de Thiès. A l’échelle nationale, elle sera l’une deux maisons de plus qui seront rendues fonctionnelles en 2024. Sur 36 maisons de l’outil à travers le pays, seules 17 étaient jusque-là fonctionnelles.

Dans deux semaines, une formation en mécatronique est prévue à Mbour, à l’intention d’une cinquantaine de jeunes venus de toute la région de Thiès, avec l’appui d’une ONG suisse, a-t-il encore annoncé.

ADI/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…