Dubaï, 8 déc (APS) – Le président de la 28e Conférence des parties de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Sultan Ahmed Al-Jaber, a appelé vendredi à faire en sorte que l’histoire retienne que l’édition organisée à Dubaï est celle qui a ‘’changé la donne’’ dans la prise en charge de l’action climatique.

‘’Faisons en sorte que cette COP reste dans l’histoire comme une COP collective qui a changé la donne. Je suis là en tant que facilitateur, mais j’ai besoin de vous pour y arriver‘’, a-t-il lancé lors de l’ouverture de la quatrième séance de la Conférence des parties.

Il a demandé à tous de ‘’participer aux discussions et aux délibérations afin que nous puissions résoudre les points en suspens durant les cinq journées à venir afin de clore la conférence, le 12 décembre prochain, à 11 heures, avec un résultat sans précédent”.

Il a appelé à davantage de discussions en mettant l’accent sur une participation politique engagée des pairs et des ministres représentant des groupes de négociateurs pour parvenir à des solutions globales équilibrées.

Il a déclaré que cette COP a déjà marqué l’histoire en créant un niveau d’élan sans précédent main dans la main. Dès le premier jour, a-t-il dit, ‘’nous sommes parvenus à un consensus sur la question des pertes et dommages’’.

‘’Nous sommes convaincus que nous pouvons y parvenir’’, a-t-il assuré. Il a rassuré sur la ‘’capacité’’ des parties à ‘’parvenir à un changement de paradigme qui pourrait redéfinir l’économie mondiale, mettre les plus vulnérables au cœur de l’action climatique, dans les prochains jours’’.

Selon lui, ‘’grâce aux efforts déployés, la COP 28 transmet déjà un signal clair’’. ‘’Chacun d’entre nous, petit et grand, nous pouvons faire la différence en arrivant à un résultat sans précédent’’, a-t-il encore souligné.

S’agissant de la décision relative au premier bilan mondial, il s’est félicité de ce que les parties ont ‘’su surprendre les sceptiques et inspirer les plus optimistes’’.

‘’En œuvrant de concert, nous pouvons aider notre Planète à se maintenir et je crois que cet esprit d’unité et de solidarité nous portera jusqu’à la ligne d’arrivée, c’est-à-dire le 12 décembre prochain.’’

Ouverte le 30 décembre dernier, la COP 28 qui prend fin mardi prochain, entame ses cinq derniers jours de négociations avec l’entrée en lice aujourd’hui des principaux groupes régionaux de négociations de la Conférence des parties, organe décisionnel suprême de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Les principaux groupes régionaux de négociations sont : l’Afrique, l’Amérique Latine et les Caraïbes, l’Asie et la région pacifique, l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest.

Les parties négocient ensuite en sein d’alliances politiques et stratégiques à travers des coalitions formelles et non formelles.

Selon un communiqué de presse, un des objectifs de la COP 28 des Émirats arabes unis comme l’exige l’Accord de Paris sur le climat, ”est de présenter le tout premier Bilan mondial. C’est-à-dire une évaluation complète des progrès réalisés par rapport aux objectifs climatiques”.

La présidence de cette COP 28 a ainsi la charge de diriger un processus permettant à toutes les parties de convenir d’une feuille de route claire pour accélérer les progrès grâce à une transition énergétique mondiale pragmatique et à une approche qui ne laisse personne de côté en faveur d’une action climatique inclusive, ajoute la même source.

AB/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE / Décès de El Hadji Alé Niang, la “voix” de Bambey

Bambey, 27 fév (APS) – Le président des communicateurs traditionnels de Bambey (cent…