Saint-Louis, 21 fév (APS) – Le bilan des manifestations consécutives au report de l’élection présidentielle du 25 février s’est alourdi avec le décès des suites de ses blessures d’un deuxième étudiant de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, a appris l’APS de sources concordantes.

L’étudiant Prosper Clédor Senghor est décédé à l’hôpital Principal de Dakar, où il avait été blessé lors d’une manifestation d’étudiants de la deuxième université sénégalaise contre le renvoi du scrutin de la présidentielle au Sénégal, ont annoncé plusieurs médias.

Il était en licence 1 de mathématiques appliquée et sciences sociales (UFR SAT).

Sa mort a été confirmée par la chargée de communication de l’UGB, Khady Niang. Elle survient après celle d’un autre étudiant qui avait succombé à ses blessures vendredi 9 février, à l’hôpital régional de Saint-Louis.

Il avait été blessé lors d’échauffourées opposant des étudiants de l’UGB à des forces de l’ordre.

Au moins trois personnes ont perdu la vie à Dakar et Ziguinchor en marge de heurts entre les forces de l’ordre et des manifestants opposés au report de l’élection présidentielle.

Le Sénégal fait face à une crise politique depuis que le président Macky Sall a annoncé avoir annulé le décret appelant les Sénégalais à élire son successeur.

En prenant cette décision, le 3 février, il a invoqué des soupçons de corruption concernant des magistrats parmi ceux qui ont procédé à l’examen des 93 dossiers de candidature et jugé recevables 20 d’entre eux.

S’adressant à la nation, le chef de l’État a appelé à “un dialogue national ouvert, afin de réunir les conditions d’une élection libre, transparente et inclusive dans un Sénégal apaisé”.

L’Assemblée nationale a voté, deux jours plus tard, une proposition parlementaire reportant le scrutin présidentiel au 15 décembre prochain.

Lors du vote, des députés protestant contre cette proposition et le report du scrutin ont été expulsés de l’hémicycle par la Gendarmerie nationale.

Le Conseil constitutionnel a jugé contraire à la Constitution la loi reportant au 15 décembre prochain l’élection présidentielle sénégalaise.

Il a annulé en même temps le décret avec lequel Macky Sall a renoncé à la convocation des électeurs aux urnes pour l’élection d’un nouveau président de la République, le  25 février 2024.

Jeudi dernier, un grand nombre d’activistes et de militants en détention depuis des mois pour plusieurs chefs d’accusation ont bénéficié d’une liberté provisoire.

AMD/CGD/ASG/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

AFRIQUE-MONDE-GOUVERNANCE / Flux financiers illicites : plus de 50 milliards de dollars perdus chaque année en Afrique (responsable) 

Mbour, 23 avr (APS) – Le responsable des affaires juridiques à l’Initiative po…