Dakar, 8 mai (APS) – Un calme plat règne aux abords du Palais de justice de Dakar quadrillés par la police alors que doit démarrer le procès en appel de l’opposant Ousmane Sonko pour diffamation, a constaté l’APS.

Les différentes voies menant au Palais de justice de Dakar sont en ce lundi 8 mai sous forte surveillance policière. Déployés en nombre, les policiers veillent au grain certains à bord de pick-up ou de véhicules blindés.

Chaque ruelle menant au tribunal est contrôlée par au moins une dizaine de policiers alors que les éléments de la gendarmerie se chargent de l’accès et de la sécurité à l’intérieur de l’édifice situé à Rebeuss, un quartier de la capitale.

Dimanche dans la soirée, le leader du parti Pestef a fait part de sa décision de ne pas participer à l’audience de ce lundi au tribunal de Dakar et appelé ses partisans à la mobilisation.

Faisant part de sa décision de ne plus collaborer avec la justice sénégalaise, l’opposant estime avoir fait l’objet d’une agression dans l’enceinte du tribunal.

Il rappelé plusieurs incidents survenus au cours des audiences du procès en diffamation que lui a intenté le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, un militant de premier plan de l’APR, le parti politique du président de la République.

L’opposant a été condamné en première instance à deux mois de prison avec sursis et à 200 millions de francs CFA de dommages et intérêts, le 30 mars dernier.

Le plaignant et le parquet avait aussitôt fait appel de ce jugement en première instance.

Jusque-là, toutes les convocations du maire de Ziguinchor ont été émaillées d’incidents opposant les forces de l’ordre à ses partisans.

ABD/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans LA UNE

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE / Les populations de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor sensibilisées sur les modes alternatifs de règlement des conflits

Ziguinchor, 21 avr (APS) – Le cabinet Grant Thornton a initié une campagne de sensib…