Dakar, 3 nov (APS) – Des panélistes, dont le sociologue Moussa Mbaye, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum et le professeur Penda Mbow, ont invité, samedi, à Dakar, les candidats déclarés à la présidentielle du 25 février prochain à mettre en œuvre les conclusions des Assises nationales afin de ‘’ramener’’ le consensus dans l’espace politique.

‘’Aujourd’hui, avec tous les pouvoirs concentrés entre les mains du chef de l’Etat, il est impératif d’appliquer les conclusions des Assises nationales afin de retrouver le consensus qui est perdu depuis un moment’’, a souligné le Professeur Penda Mbow.

‘’Nous devons réactualiser les conclusions des Assises nationales, car le consensus sur les règles du jeu est fondamental dans une démocratie’’, a-t-elle précisé.

Le thème du panel est ‘’repositionnement des conclusions des assises nationales et des recommandations de la commission nationale de réforme des institutions (CNRI) dans les objectifs et enjeux de la présidentielle de 2024’’.

Selon Penda Mbow, ‘’l’application des conclusions des assises nationales est un moyen efficace pour le Sénégal de conquérir sa souveraineté’’.

Elle ajoute que ‘’le modèle démocratique du Sénégal n’est plus adapté face aux nouvelles exigences’’ et ‘’bute à nos réalités’’.

‘’On note une rupture du consensus depuis le référendum de 2016’’

‘’Face à la déliquescence progressive du tissu social et la tendance à la dégénérescence globale de la société, il y a l’urgence d’aller vers un consensus’’, a déclaré le sociologue Moussa Mbaye.

Selon M. Mbaye, ‘’les assises nationales ont deux principes directeurs. C’est d’abord privilégier un dialogue sans préjugé. Ensuite, faire du consensus le seul mode de prise de décision’’.

‘’ Nous appelons les acteurs politiques et surtout les différents candidats à la prochaine élection présidentielle à capitaliser les résultats issus des assises nationales et les recommandations de la CNRI’’, a-t-il souligné.

L’ancien premier ministre Mamadou Lamine Loum estime qu’’’il y a une rupture de consensus depuis 2016 entre les acteurs politiques’’.

‘’Cette rupture est matérialisée par certains faits tels que l’introduction non consensuelle du parrainage, la suppression du poste de premier ministre sans discussion en 2019’’, a-t-il affirmé.

Selon lui, de la ‘’violence symbolique’’, les acteurs sont passés à ‘’l’utilisation de la force’’ avec la disparition des débats d’idées.

Des candidats à la candidature pour l’élection présidentielle de 2024 dont Aminata Touré (Mimi2024), Cheikh Tidiane Dièye (leader de la Plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg), Cheikh Bamba Dièye (Front pour la solidarité et la démocratie Bennoo Jubël- FSD-BJ) ont pris part à la rencontre.

Ils se sont ‘’engagés’’ à mettre en pratique les conclusions des assises nationales et de la CNRI une fois qu’ils seront élus.

‘’Ayant participé aux travaux des assises nationales notamment de la commission 5, je m’engage à appliquer les recommandations des assises nationales et de la CNRI’’, a promis Cheikh Tidiane Dièye, candidat à la candidature à l’élection présidentielle du 25 Février prochain.   

LBD/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-POLITIQUE / Les dirigeants de la Cedeao félicitent Macky Sall pour ses réalisations en faveur du développement

Dakar, 26 fév (APS) – Les dirigeants de la Cedeao, réunis en session extraordinaire, samed…