Ziguinchor, 6 mai (APS) – La région de Ziguinchor (sud) a réalisé un taux global de décaissement de 12 % dans le cadre du Projet de développement économique de la Casamance (PDEC), une performance jugée faible, selon la chargée dudit projet à la Banque mondiale, Mame Safiétou Djamil Guèye.

“Il est important de souligner que les trois composantes clés du projet bénéficient d’un financement global de 38 450 486 de dollars, soit 85% du coût total du projet. Cependant, 17 mois après sa mise en vigueur, le taux global de décaissement du projet s’élève à 12%”, a-t-elle déploré lundi.

Dr Mame Safiétou Djamil Guèye s’exprimait en marge d’un atelier organisé dans le cadre de la mission d’appui de la banque mondiale à l’exécution du PDEC.

La rencontre s’est déroulée en présence d’acteurs de développement, d’élus territoriaux et du représentant du ministère de l’Urbanisme, des Collectivités Territoriales et de l’Aménagement des Territoires, Pape Ngor Thiam.

Mame Safiétou Djamil Guèye juge qu’il est ‘’crucial de redoubler d’efforts pour accélérer la mise en œuvre et le décaissement effectif des fonds afin de maximiser l’impact du projet sur les populations bénéficiaires”.

Elle a informé que le PDEC a la possibilité de bénéficier d’un financement additionnel, lequel ‘’est toutefois subordonné à la démonstration d’une capacité d’absorption des ressources existantes”.

“Il est donc essentiel de faire preuve d’efficacité et de transparence dans la gestion des fonds alloués pour mobiliser des financements complémentaires et assurer la pérennité du projet”, a insisté Mame Safietou Djamil.

Elle a expliqué que cette mission de supervision revêt une importance capitale pour le PDEC, car elle permettra d’évaluer les progrès accomplis, d’identifier les défis rencontrés et de définir les actions correctives nécessaires pour optimiser les résultats du projet.

“La Banque mondiale réaffirme son engagement ferme à accompagner les autorités dans la réussite du PDEC. Nous sommes convaincus que ce projet ambitieux jouera un rôle crucial dans la transformation économique et sociale de la Casamance, en stimulant la croissance, la création d’emplois et l’amélioration des conditions de vie des populations”, a-t-elle poursuivi.

“À cette date, nous constatons un taux de décaissement de 12%. Compte tenu des ambitions qui ont été affichées dans le plan d’action, ce taux est faible”, a aussi fait observer le directeur de la coopération décentralisée, Pape Ngor Thiam.

“Dans le cadre du projet, chaque collectivité territoriale va exécuter un budget de 91, 800 millions FCFA. Le projet n’exécute pas le budget, c’est plutôt la collectivité territoriale’’, a précisé le coordonnateur du PDEC, Youssouf Badji.

Selon lui, ‘’la collectivité territoriale identifie avec les populations les besoins. Nous sommes dans un projet où nous sommes beaucoup plus facilitateur qu’exécutant”, a-t-il ajouté.

L’idée derrière ce projet, “c’est de renforcer les capacités des collectivités territoriales, faciliter l’accès aux services sociaux de base à travers l’amélioration de la mobilité et permettre aux populations de recevoir des financements destinés à soutenir leurs activités”, a-t-il expliqué.

Si ‘’le taux d’exécution est satisfaisant dans les régions de Kolda et Sédhiou’’, à Ziguinchor par contre, il bouge peu’’, a confirmé le coordonnateur du PDEC.

Le projet de développement économique de la Casamance vient en appui à 60 collectivités territoriales des régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou.

MNF/ASG/ADL/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-HYDRAULIQUE-REGULATION / Viabilité de la Sones et SEN’EAU : l’Etat exclut l’option de la hausse du prix de l’eau (ministre)

Dakar, 30 mai (APS) – Le gouvernement exclut toute révision à la hausse du prix de l’eau t…