Dakar, 6 dec (APS) – La Mauritanie et le Tchad ont déclaré avoir pris acte du retrait du Burkina Faso et du Niger du G5 Sahel et évoqué l’idée d’une dissolution de ce cadre de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de développement et de sécurité, a-t-on appris de source officielle.

‘’La République islamique de Mauritanie et la République du Tchad prennent acte et respectent la décision souveraine des républiques sœurs du Burkina Faso et du Niger (…) mettront en œuvre toutes les mesures nécessaires conformément aux dispositions de la Convention portant création du G5 Sahel notamment en son article 20’’, rapporte le site de l’Agence mauritanienne d’information (AMI)

Relayant un communiqué signé des deux chefs d’Etat, le Mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et le Tchadien, Mahamat Idriss Déby Itno, l’agence officielle mauritanienne rappelle que le G5 Sahel peut être dissout à la demande d’au moins trois membres.

Dans ce cas la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement prononce la dissolution à la majorité des Etats membres et arrête les modalités de dévolution des biens de l’organisation.

Le Mali s’était retiré du G5 Sahel en mai.

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger, dirigés par des juntes militaires ont mis sur pied, le 16 septembre 2023, l’Alliance des États du Sahel (AES), un pacte de défense mutuelle.

Le G5 Sahel a été créé le 15 janvier 2014, à Nouakchott, en Mauritanie et comprenait à ses débuts le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

L’un de ses objectifs était de mettre en place une force conjointe capable de lutter contre la menace terroriste, mais aussi ‘’relever, solidairement, le double défi de la sécurité et du développement qui menaçait gravement la stabilité de la sous-région’’, rappelle le communiqué.

ABB/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-INFRASTRUCTURES / Plaidoyer pour le bitumage de la route Kaffrine-Wilanene Taba

Kaffrine, 23 fév (APS) – Le coordonnateur de l’association de la famille Wilanene a plaidé…