Par Abdoulaye Diallo

Taïba Ndiaye, 5 mars (APS) – Les Niayes (ouest), l’une des principales zones de production de mangues au Sénégal, sont confrontées chaque année à une invasion de mouches des fruits, dont les ravages impactent fortement ladite filière horticole.

Les villages de la commune Taïba Ndiaye, située dans cette zone très propice à l’horticulture, produisent d’importantes quantités de mangues. Mais les horticulteurs paient un lourd tribut à la présence de la mouche des fruits.

‘’La campagne va bientôt démarrer. Les mangues ne sont pas encore mûres, mais nous ne sommes pas du tout tranquilles. Les mouches, comme chaque année, risquent de détruire une bonne partie de nos récoltes’’, s’inquiète Abdou Diop, un habitant de Taïba Ndiaye, âgé de 48 ans.

‘’J’ai quatre plantations de mangues. Je les ai distribuées à mes enfants, car je n’ai plus la force et le courage de les entretenir. Je me contente de partager mon expérience d’horticulteur avec mes enfants. Les mouches nous font perdre des tonnes de mangues’’, s’inquiète-t-il.

La filière mangue génère d’importants revenus pour de nombreuses familles vivant dans la zone des Niayes.

Les horticulteurs utilisent divers produits pour débarrasser les manguiers des nombreuses mouches des fruits très nuisibles à la filière. Abou Diop, lui, recourt à un insecticide réputé très dangereux contre les mouches. C’est une poudre sur laquelle il verse un peu d’eau avant de déposer la mixture au pied des manguiers. ‘’Nous l’utilisons pour atténuer les dégâts causés’’, dit-il, déplorant les ‘’pertes énormes de revenus’’ engendrées par les insectes frugivores.

‘’Il y a quelques années, je récoltais une dizaine de tonnes de mangues. Maintenant, ce n’est plus facile d’en récolter une seule tonne’’, s’alarme M. Diop, jugeant inefficace l’insecticide qu’il utilise.

Les Niayes sont la principale zone de production de mangues au Sénégal, après les régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor (sud). En 2015, la superficie des plantations de mangues était de 12.000 hectares dans ces trois régions, de 8.000 hectares dans les Niayes, et de 3.000 hectares dans le centre du pays, indique, sur la base de données de la direction de la protection des végétaux, l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR), un espace de réflexion dédié aux politiques agricoles et rurales au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

Environ 60 % de la mangue produite au Sénégal vient des régions de Kolda, de Sédhiou et de Ziguinchor, note l’IPAR sur la base d’un document publié en 2020 par l’ASEPEX, l’Agence sénégalaise de promotion des exportations.

La production annuelle sénégalaise de mangues varie entre 125.000 et 130.000 tonnes, selon le même document.

L’IPAR, citant la direction de l’horticulture du ministère de l’Agriculture, estime que la mangue représente 47 % de la production de fruits au Sénégal et 8 à 9 % de la production horticole (fruits et légumes).

Le village de Taïba Santhie est l’un des principaux producteurs de mangues de la commune de Taïba Ndiaye. Matar Samb, un habitant de la localité, possède une plantation de mangues d’une superficie d’environ trois hectares. Cet horticulteur doublé d’un électricien s’est spécialisé dans la production de la mangue Kent, réputée pour sa bonne qualité.

‘’La mangue Kent est la meilleure qualité que nous avons ici. C’est une variété très résistante, qui pourrit moins lentement que les autres’’, explique M. Samb, s’inquiétant, comme les horticulteurs de Taïba Ndiaye, de la colonie de mouches des fruits à l’assaut des manguiers.

‘’Les mouches, c’est notre grande inquiétude ! Je perds chaque une grande quantité de ma production. Nous utilisons plusieurs produits phytosanitaires pour les éliminer. Il n’existe pas encore une solution durable’’, s’alarme-t-il.

Modou Thiam, trésorier général d’une coopérative de producteurs de mangues des Niayes, signale que les mouches font plus de ravages pendant les premières semaines de la saison des pluies. C’est la période où la mangue est plus difficile à protéger des mouches, car elle est très propice à la reproduction de ces insectes, selon M. Thiam.

‘’Chaque année, nous perdons beaucoup de conteneurs de mangues à cause des mouches’’, témoigne-t-il.

ABD/ESF/SBS/OID/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-DIPLOMATIE / Mali : préoccupée par le gel des activités des partis politiques, l’UA prône l’achèvement du processus de transition

Dakar, 13 avr (APS) – L’Union africaine (UA), par la voix du président de sa Commission, M…