De l’envoyé spécial de l’APS, Serigne Mbaye Dramé

Moscou, 22 jul (APS) – La gigantesque capitale du pays des Tsars demeure le pivot de la culture russe, en abritant au-delà d’institutions militaires, académiques et politiques de premier plan, plusieurs structures muséales et théâtrales. Aussi, la métropole combine le meilleur de l’architecture sur fond d’un contraste saisissant entre passé et futur, à travers notamment la forte présence, en filigrane, de l’aristocratie tsariste et l’idéologie socialiste.

La grande rivière Moskova, qui a fini par céder son nom à la ville toute entière, s’écoule en traversant des bâtiments historiques dont celui du siège du gouvernement et du ministère de la défense ainsi que des gratte-ciels. De nombreux bateaux décorés naviguent sur le fleuve et embarquent des touristes en masse durant ce mois de juillet considéré comme la meilleure période de l’année pour séjourner à Moscou.

Les arbres indigènes, sur le bord de la rivière, ont rendu tout le paysage verdoyant. Des téléphériques survolent la rivière. Les visiteurs s’extasient devant la beauté de cette nature. Le chevauchement des longues avenues et les places majestueuses, entrecoupées de parcs et boulevards verdoyants, les logements sociaux et les nouveaux logements de luxe qui sortent de terre ont une seule chose en commun : le rappel d’un patrimoine culturel et historique.

L’héritage de l’idéologie socialiste n’est pas en reste. Elle se manifeste notamment à travers la notion de services publics, comme l’accessibilité des transports en commun d’une rare performance. Elle se lit également à travers les noms donnés à certaines grandes infrastructures, avenues et stations métro de la ville. Il en est de même pour des termes à forte connotation historique (Troïka) et des statuts de personnalités emblématiques de la révolution.

A l’instar de Tretyakov Gallery dont les tableaux fixent une histoire de plus de dix siècles, partout l’héritage civilisationnel et politique est omniprésent, ramenant le visiteur à la période glorieuse de la Russie sous la monarchie tsariste et la révolution avec l’Union des Républiques socialistes et soviétiques (URSS).

Vivre avec la présence des caméras de surveillance

Le religieux a également droit de cité dans ce pays de tradition chrétienne orthodoxe avec la présence impressionnante d’églises. La plus majestueuse est sans doute la cathédrale Saint-Basile, reconnaissable par son architecture particulière. Cette infrastructure religieuse aux dômes colorés en forme d’oignon est juxtaposée au magnifique palais du Kremlin.

L’architecture de la grande mosquée de Moscou ne manque pas d’attirer l’attention du visiteur avec ses minarets haut de 72 mètres dans le district de Prospekt Mira. L’édifice religieux, dénommé mosquée-cathédrale reconstruite en 2015, est considéré comme l’une des plus grandes mosquées d’Europe. Elle est bâtie sur 19 000 m² et peut accueillir jusqu’à 10 000 personnes.

Le respect de la liberté de culte qui transparait dans cette visibilité accordée à l’islam devrait constituer une revanche de l’histoire, quand l’on sait qu’une figure incontournable de l’islam, en l’occurrence Al- Bukhari, est originaire de Bukhara, en Ouzbékistan, un pays de l’ex-Union soviétique. Les écrits d’Al Bukhari font autorité chez les théologiens et traditionnistes de la religion musulmane.

L’hyper connectivité de la ville démontre également, si besoin en est, des progrès réalisés par le pays en matière d’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). Il faudra au visiteur apprendre à vivre avec la présence de caméras de surveillance dans la ville et les emballages de produits tous ou presque étiquetés d’un code QR. La vie quotidienne est régie par une dématérialisation déconcertante, débouchant sur une simplification remarquable de la vie de l’homme. Tout se fait avec les smartphones. Le paiement en espèces arrive en dernière option, voire impossible dans beaucoup de lieux de commerce.

Cette hyper connectivité, bien que déterminante pour une administration et des économies plus performantes, ne manque pas de susciter chez le visiteur des interrogations quant au devenir de l’humanité, si par exemple de plus en plus, l’interaction avec les machines et les ordinateurs se substitue à la chaleur humaine.

SMD/OID/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-GOUVERNEMENT-RELIGION / Le président Faye annonce la création d’une direction des Affaires religieuses et de l’Insertion des diplômés de l’enseignement arabe

Dakar, 17 avr (APS) – Le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, …