Fadial, 22 déc (APS) – Bassirou Ndong, chef de Fadial Sérère, un village situé dans la commune de Nguéniène (Mbour Ouest), a indiqué que la salinisation des terres de la vallée de Fadial freine la riziculture au niveau des versants.

“La salinisation des terres impacte la production de riz et cela nous cause énormément de problème”, a dit M. Ndong vendredi lors d’une mission de supervision de la Banque islamique de développement (BID) dans la vallée de Fadial.

‘’Nous invitons les autorités à aider des entreprises pour qu’elles puissent nous aider dans les aménagements afin d’éliminer le sel”, a appelé le chef du village de Fadial Sérère.

Simon Simel Sarr, secrétaire exécutif du comité de gestion et de suivi du projet d’aménagement de Fadial Sérère a souligné qu’en plus du sel, ”d’autres contraintes liées aux oiseaux granivores, et à la maîtrise de l’eau sont notées”.

Néanmoins, il a affirmé que ”malgré ces contraintes, 86 hectares ont été cultivés cette année dans cette vallée”.

En guise de solution à cette problématique, le coordinateur du Projet de développement de la chaîne de valeur riz, Waly Diouf, a indiqué que ”des entreprises étaient soumissionnées (pour les aménagements), afin de bloquer le processus de salinisation qui freine l’exploitation de cette vallée”.

”Ce que nous souhaitons, c’est de bloquer le potentiel du sel pour que toute la vallée soit emblavée’’, a-t-il ajouté, expliquant que si le sel n’est pas bloqué , une telle situation risque un jour d’empêcher l’exploitation de cette vallée”.

Pour lui, l’exploitation de cette vallée pouvait permettre d’avoir une autosuffisance locale en riz. Toutefois, il a insisté sur la nécessité de “renforcer le niveau d’équipements“ pour atteindre cet objectif.

”Il faut plus de machines pour récolter, plus de tracteurs pour aider à faire le labour”, a-t-il fait observer, indiquant que près de 86 hectares ont été emblavés dans la vallée de Fadial.

Mais selon M. Diouf, ”si l’influence du sel est bloquée au niveau de la vallée, son aménagement peut aller jusqu’à 500 hectares”,

Ce qui pourra ”assurer l’autosuffisance locale (en riz), au niveau du département de Mbour”, a-t-il déclaré.

DOB/ADI/AB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FORMATION-COLLECTIVITES / Thiomby : plus de 30 millions de FCFA dégagés par an pour la formation des jeunes (élu)  

Thiomby, (Kaolack) 28 fév (APS) – L’équipe municipale de Thiomby, une commune …