Donaye Tarédji (Podor), 9 mars (APS) – Des acteurs de la filière riz du département de Podor et plusieurs partenaires, dont la Saed et la Koica, ont échangé, à Donaye Tarédji, dans la commune de Guédé Village, sur les “stratégies basées sur les expériences des villages pilotes + Saemaul+”, dans l’objectif “d’accroître les rendements de 5,5 à 8 tonnes à l’hectare’’.

L’atelier a enregistré la présence de quatre-vingt producteurs. Le directeur de la délégation de la SAED de Podor, Abou Sall, la directrice adjointe de Koica Sénégal, Mme Hung, des représentants d’ONG, des membres d’organisations de producteurs et des partenaires financiers du Sénégal y ont aussi pris part.

Le projet “Villages pilote Saemaul”, financé par l’Agence coréenne de coopération internationale, intervient sur cinq sites du département de Podor, selon son chef, Dr Ahn Jin Gondans.

“Les localités de Diagnoum, de Thillé Boubacar, de Ndiawar, de Guia et de Gamadji ont accueilli des périmètres où se mènent d’intéressantes expériences, avec des résultats forts appréciables : aujourd’hui, entre 7 et 8 tonnes à l’hectare’’, a-t-il révélé.

“Les producteurs sont venus des localités où le riz est de loin la première céréale, pour ne pas dire l’aliment de base”, a expliqué M. Gondas. Il a rappelé qu’en dépit du fait que “Podor a un énorme potentiel foncier, de l’eau en abondance et une main d’œuvre jeune”, “le Sénégal continue d’importer du riz”.

“C’est un paradoxe” pour l’ensemble des participants qui ont “salué la tenue de cet atelier, dont l’objectif est de partager les méthodes et pratiques de Saemaul Undong, dans les cinq villages pilotes”, a-t-il souligné.

“Saemaul Undong” ou le “Mouvement des nouvelles communautés” est une stratégie développée en milieu paysan en Corée dans les années 1970. Cette stratégie qui promeut un développement équilibré “se base sur l’assiduité, l’entraide et la coopération”.

Le directeur de la délégation de la SAED de Podor a salué “la forte mobilisation du peuple coréen pour prendre en charge le défi de l’augmentation de la production”. Abou Sall a magnifié “le partenariat avec Koica, divers et varié, qui promeut l’approche +Saemaul+ mise en place au lendemain de guerres (…) qui avaient impacté négativement ce pays” du continent asiatique.

“C’est un projet inspirant qui a déroulé plusieurs activités en termes de production de semences, de formation sur les bonnes pratiques agricoles, équipements en motos tricycles pour le ramassage des ordures”, a vanté M. Sall.

Le projet a construit des jardins publics et mené des actions de reboisement dans ses zones d’intervention, a-t-il ajouté.

Le projet Village pilote intervient dans la riziculture, notamment chez des femmes et des jeunes qui ont eu à visiter la Corée.

Plusieurs productrices et producteurs ont présenté leurs pratiques et résultats obtenus avant de dire leur choix “comparativement à l’ancienne méthode”.

AHD/AMD/ASG/SMD

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE / Tambacounda : le gouverneur appelle au renforcement des moyens matériels et humains de la douane

Tambacounda, 16 avr (APS) – Le gouverneur de Tambacounda, Guedj Diouf, après une sai…