Dakar, 29 déc (APS) – Les députés ont adopté vendredi un projet de loi destiné à davantage règlementer l’administration et la gestion des instituts supérieurs d’enseignement professionnel (ISEP), a constaté l’APS.

“Ce projet de loi vient régler tous les problèmes d’administration et de gestion des ISEP causés par une absence de cadre juridique et règlementaire”, a expliqué le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Face aux députés pour défendre le projet de loi, le professeur Moussa Baldé a rappelé que le rôle des ISEP était de faire en sorte que le déséquilibre entre les bacheliers des séries littéraires et ceux des séries scientifiques ne puisse pas engendrer d’autres problèmes.

‘’Cette année, on a eu 77 000 bacheliers, les 60 mille sont des littéraires’’, a-t-il fait valoir en signalant que les ISEP n’avaient aucun problème à recruter et former à un métier un titulaire du baccalauréat d’une série littéraire.

Moussa Baldé a insisté sur le fait que le projet de création d’un ISEP dans chaque région allait régler le problème de l’employabilité.

‘’Si chaque ISEP reçoit environ 3 000 étudiants, c’est pratiquement la moitié de nos étudiants qui seront enrôlés dans ces établissements supérieurs de formation professionnels’’, a-t-il laissé entendre non sans assurer qu’une telle donne allait contribuer à désengorger les universités classiques du pâys.

Les députés présents à la plénière ont vraisemblablement adhéré à l’idée de la réglementation des ISEP.

‘’Je vais voter ce projet de loi pour l’intérêt de tous’’, a dit Guy Marius Sagna (opposition).

Même s’il est pour l’adoption du projet de loi, Mohammed Ayib Daffé (opposition) plaide pour des ‘’budgets conséquents’’ en faveur des ISEP. Selon lui, les budgets des ISEP tournent autour de ‘’450 millions FCFA’’.

Ndèye Lucie Cissé, député du pouvoir, s’est de son côté félicitée de la présentation d’un tel projet de loi, et salué l’option ‘’d’orienter tous les bacheliers’’.

Le député Abdou Bara Dolly Mbacké a également approuvé le projet de loi, estimant qu’il ”y va de l’intérêt du pays’’.

Par ailleurs, l’amendement introduit par le député, Oumar Sy, membre de la coalition Yewwi (opposition) pour demander la présence d’un député dans le conseil d’administration des ISEP a été rejeté par la majorité de l’Assemblée nationale.

‘’Je pense que l’on peut faire place aux organismes sociaux professionnels. Il n’y a aucune ambition d’écarter l’Assemblée nationale’’, a réagi le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en déclarant dans la foulée que ‘’dans tous les cas, le grand conseil d’administration du Sénégal reste l’Assemblée nationale qui valide les lois’’.

CS/AKS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AFRIQUE-POLITIQUE / Les dirigeants de la Cedeao félicitent Macky Sall pour ses réalisations en faveur du développement

Dakar, 26 fév (APS) – Les dirigeants de la Cedeao, réunis en session extraordinaire, samed…