Dakar, 10 août (APS) – Les sujets portant sur la politique sont les plus en vue dans la livraison de jeudi de la presse quotidienne dont plusieurs titres s’intéressent en particulier aux bisbilles au sein de la coalition Yewwi Askan Wi de l’opposition.

Certains journaux parlent même de fin de compagnonnage entre les deux grands pôles de l’opposition, à l’image du quotidien Les Echos, lequel affiche : “La rupture consommée entre Taxawu et Pastef”.

Taxawu Ndakaru est la coalition formée autour de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, Pastef étant l’ancien parti de l’opposant Ousmane Sonko, formation récemment dissoute.

”Le responsable de Pastef de Dakar, Abbas Fall, a été éjecté [mercredi] de son poste de premier adjoint au maire de Dakar. Le +Pastéfien+ en rupture de ban avec le maire [de Dakar] Barthélémy Dias a été remplacé par Ngoné Mbengue de Taxawu Senegaal”, rapporte le quotidien L’info.

Le Mandat, revenant à son tour sur l’éviction du coordonnateur du parti Pastef de son poste de premier adjoint du maire de Dakar, note : “Plus l’ombre d’un Patriote dans [les] talons” du maire de la capitale sénégalaise, Barthélémy Dias.

“Réajustement légal sous la dictée de la justice [après la dissolution du parti Pastef] mais véritable coup tordu pour Abbas Fall et compagnie qui se voient délestés d’un siège stratégique dans l’équipe municipale”.

”Si Barthélémy Dias [n’est] pour rien dans la directive de justice ayant abouti à cette restructuration, ajoute Le Mandat, l’autorité du maire n’a pas empêché que le couperet s’abatte sur un membre éminent de Pastef”.

Le quotidien Kritik’ affiche à ce sujet : “Putsch contre Pastef”. ”Macky Sall, qui avait parlé de réduire l’opposition à sa plus simple expression, semble avoir atteint son objectif politique”, analyse le même journal.

“À défaut de dissoudre ou de phagocyter certains partis, ajoute-t-il, le patron de l’APR a cassé la dynamique unitaire qui a fait la force de l’opposition lors des dernières élections” locales et législatives.

La conséquence de cette rupture au sein de la coalition Yewwi Askan Wi, c’est ”la lune de miel” entre Taxawu Ndakaru de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall et Benno Bokk Yaakaar (BBY), la coalition de la majorité, souligne Walfquotidien.

La preuve en est que les conseillers municipaux de Khalifa Sall et ceux de Benno Bokk Yaakaar ”se sont ligués, hier [mercredi], lors de la constitution du Bureau municipal [de Dakar] pour faire la fête à Pastef”, écrit Walfquotidien.

En conséquence, relève le quotidien 24 Heures, la conférence des leaders de Yewwi Askan Wi ”exclut Khalifa Sall”, arguant que “[…] Taxawu Senegaal a clairement posé un acte de trahison d’un de ses colistiers, le Pastef, au moment où […] Ousmane Sonko, parrain de la candidature de Barthélémy Dias à la mairie de Dakar, traverse une épreuve pénible et a ouvertement manifesté son alliance avec l’APR/BBY”.

Aussi, ce n’est pas étonnant de voir la politique reprendre ses droits, avec la prochaine présidentielle de 2024 à l’horizon, sauf que pour ce scrutin, les “cartes [sont] brouillées”, à en croire Sud Quotidien.

”D’un côté, cela tient au fait qu’à sept mois des joutes électorales, la mouvance présidentielle est toujours en quête d’un candidat consensuel et […] rien ne présume que le candidat qui sera choisi par Macky Sall et Cie fera l’unanimité au sein de la coalition [de la majorité], tant les oppositions sont frontales”.

“De l’autre côté, reprend Sud Quotidien, même si les déclarations de candidatures se multiplient, le filtre du parrainage est encore là. Sans oublier la reconfiguration de l’opposition avec l’éligibilité de Karim Wade et de Khalifa Sall et le cas Ousmane Sonko”.

Sud Quotidien ne croit pas si bien dire, puisque selon Tribune, “Benno [est] au départ de la présidentielle avec trois candidats…”. Bès Bi Le jour signale que le Premier ministre Amadou Ba, par exemple, est en train de battre campagne. “Soit il sait qu’il est candidat de Macky [Sall], soit il se prépare à toutes les éventualités”, écrit ce journal.

Pour sa part, Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, ”court derrière un long retard !”, estime Rewmi. Non seulement il a été éloigné du pays pendant plusieurs années, mais “sa seule implication personnelle” dans une élection au Sénégal remonte à “plus de 14 ans !”, note le Quotidien. Sans compter que “s’il a des qualités, ses +défauts+ ont la peau dure !”

Pendant ce temps, L’Observateur signale que l’opposant Ousmane Sonko, condamné à deux ans de prison par contumace pour “corruption de la jeunesse”, a été rayé des listes électorales. ”Le leader du parti Pastef dissous n’est plus électeur, encore moins éligible”, précise le journal.

Le Soleil note que le panier de la ménagère se trouve impacté par la hausse des prix des légumes, alors même que du fait du renchérissement du prix de l’oignon, le marché était déjà ”devenu un terrain miné pour les ménagères”.

BK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FOOTBALL / Sidath Sarr, nouvel entraineur de Teungueth FC

Dakar, 20 juin (APS) – Le technicien Sidath Sarr a été nommé entraîneur de Teungueth FC po…