Dakar, 27 nov (APS) – Le ministre de l’Intérieur, Sidiki Kaba, s’exprimant devant les députés, lundi, a jugé faible le taux d’interdiction des manifestations publiques au Sénégal.

Seules 108 des 4.828 demandes d’autorisation de manifestations déposées en 2018 auprès des autorités administratives exerçant leurs fonctions sous la tutelle du ministère de l’Intérieur ont été rejetées, ce qui donne un pourcentage d’interdiction de 2,24 %, a déclaré M. Kaba.

Il s’entretenait avec les députés, qui examinaient le budget alloué au ministère de l’Intérieur par le gouvernement pour l’année 2024.

En 2019, a-t-il dit, 75 des 5.535 demandes d’autorisation de manifestations ont été rejetées, soit un taux d’interdiction de 1,36 %.

En 2020, a indiqué le ministre de l’Intérieur, les autorités administratives ont opposé une fin de non-recevoir à 109 des 2.516 demandes d’autorisation de manifestations. Le taux d’interdiction était de 4,33 %.

Cent dix-neuf demandes sur 6.256 ont fait l’objet d’un rejet en 2021, avec un taux d’interdiction de 1,95 %, selon Sidiki Kaba.

‘’Il appartient aux autorités administratives d’apprécier les demandes en tenant compte de la situation de chaque localité’’, a-t-il rappelé, soulignant que ‘’si la manifestation est un droit constitutionnel, elle s’exerce impérativement dans des conditions pacifiques, conformément à […] la charte fondamentale’’.

L’opposition dénonce souvent l’interdiction de ses rassemblements. Les autorités administratives invoquent, dans la plupart des cas d’interdiction, les risques de trouble à l’ordre public.

Le gouvernement a proposé à l’Assemblée nationale un budget de 237 milliards 231 millions 350 mille 287 francs CFA pour les autorisations d’engagement du ministère de l’Intérieur en 2024.

Ce montant dépasse de 17 milliards (9,3 %) celui alloué au même ministère en 2023, concernant la même rubrique.

Pour les crédits de paiement, le gouvernement a prévu 197 milliards 4 millions 885 mille 87 francs CFA pour le département de l’Intérieur, avec la même hausse, 17 milliards (9,3 %).

L’organisation de l’élection présidentielle de 2024 et le renforcement des crédits destinés au programme de construction et d’équipements de l’administration territoriale sont à l’origine de la hausse du budget du ministère, a expliqué le ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba.

CS/ESF/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-AGRICULTURE-PERSPECTIVES / Campagne agricole : le DRDR de Kaolack table sur une hausse de la subvention pour les fertilisants

Kaolack, 2 mars (APS) – Le directeur régional du développement rural (DRDR) de Kaolack (ce…