De l’envoyée spéciale de l’APS, Fatou Kiné Sène

Madrid, 4 juin (APS) – Le festival de cinéma “Ellas son cine” (Elles sont cinéma, en espagnol), créé il y a douze ans par la fondation “Mujeres por África”, a l’ambition de promouvoir les réalisatrices africaines en Espagne, précise sa commissaire, l’Espagnole Guadalupe Arensburg Caellas.

“Nous voulons amener les réalisatrices africaines à se faire connaître ici, en Espagne”, a-t-elle dit dans un entretien accordé mardi à l’APS.

La seconde ambition du festival, c’est de faire en sorte que le public espagnol puisse profiter des films des réalisatrices africaines, compte tenu des “difficultés d’accès à ces films en dehors des festivals de cinéma spécialisés”.

“Les deux directions [fondation Mujeres por África et Ellas son cine] admirent beaucoup les cultures, les cinémas d’Afrique. C’est très important pour nous de rendre visibles ces cultures et ces films magnifiques qui existent en Afrique”, souligne Guadalupe Arensburg Caellas.

Elle dit suivre les cinématographies africaines depuis une vingtaine d’années, estimant que les cinémas d’Afrique montrent le monde, permettent de “voir ce qui se passe en dehors” de son espace de vie et “rendent plus ouvert et plus sage”.

En douze ans d’existence, le festival a projeté soixante films de réalisatrices africaines, à raison de cinq films par an, relève Guadalupe, directrice du département des achats des courts métrages de la chaîne de télévision “Movistar Plus+”, du groupe espagnol Telefonica.

“Cela a beaucoup changé en douze ans, car il était difficile de trouver cinq bons films de qualité de réalisatrices africaines les premières années. Aujourd’hui, il y a beaucoup de productions de qualité”, se réjouit-elle.

“Cette année, par exemple, on a trouvé quinze bons films de réalisatrices africaines”, poursuit-elle, évoquant une évolution positive de la production cinématographique féminine du continent.

Le festival a déjà accueilli Françoise Ellong, cinéaste et scénariste bénino-camerounaise, la réalisatrice tunisienne Nadia El Fany, la critique de cinéma franco-burkinabè Claire Diao, entre autres.

Au-delà de la production, elle éprouve une satisfaction à voir de nouvelles thématiques universelles abordées par les réalisatrices.

Le festival “Ellas son cine”, organisé chaque année, à Madrid, est le principal projet audiovisuel de la fondation “Mujeres por África” (Femmes pour l’Afrique), qui, selon la commissaire, considère ce domaine comme revêtant une importance particulière dans son plan d’action.

Les promoteurs de ce festival sont “convaincus que l’audiovisuel joue un rôle très important dans la transformation des sociétés, et surtout dans la rupture des modèles qui font obstacle à l’égalité entre les hommes et les femmes”, explique-t-elle. Elle pense que les femmes sont le moteur du développement en Afrique, mais aussi du cinéma.

La fondation “Mujeres por Africa”, qui travaille avec les femmes africaines, est dirigée par María Teresa Fernández de la Vega, première femme à avoir été vice-présidente d’un gouvernement espagnol, selon Guadalupe Arensburg Caellas.

En 2023, cette fondation espagnole a ouvert un bureau à l’Instituto Cervantes de Dakar, dirigé par Antonina Cupe, sa responsable digitale.

FKS/ASG/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-SPORTS-REACTION / Championnats d’Afrique : Cheikh Tidiane Diouf fier de son premier sacre continental, au bout d’un parcours “très difficile”

Dakar, 24 juin (APS) – Le nouveau champion d’Afrique du 400 mètres, le Sénégalais Ch…