Dakar, 24 nov (APS) – L’Agence nationale de l’état civil (Anec) compte digitaliser ses services, un objectif pour l’atteinte duquel elle prévoit un renforcement de capacités de ses agents et une révision des textes en vue de garantir un état civil fiable et sécurisé, a déclaré vendredi son directeur général, Aliou Ousmane Sall.

‘’Cette politique de digitalisation passe par une transformation des procédures pour permettre aux administrations de bien fonctionner, mais surtout de régler les problèmes d’accessibilité des citoyens aux services d’état civil aussi bien aux Sénégalais de l’extérieur que ceux à l’étranger’’, a-t-il dit.

Il signait, vendredi, avec le directeur de la société Sénégal numérique Sa (Senum), une convention de partenariat visant à garantir la souveraineté des données d’état civil.

Aliou Ousmane Sall juge qu’‘’il est important de mettre à niveau les acteurs car la gouvernance des données d’état civil est utile face aux fléaux comme la cybercriminalité’’.

‘’Ce sont des questions de gouvernance. C’est pourquoi il faut disposer d’un service dédié pour l’hébergement des données d’état civil collectées à travers les centres d’état civil’’, a-t-il argumenté.

Il a rappelé qu’‘’après la cartographie de tous les centres’’ d’état civil, l’Anec a ‘’numérisé plus de 10 millions d’actes’’. ‘’Nous sommes à 7 millions d’actes indexés. Toutes ces données doivent être et seront dans vos services avec Senum’’, a expliqué Aliou Ousmane Sall.

 

A cet égard, a-t-il fait part de la volonté de l’ANEC à collaborer de manière active, avec Senum au bénéfice du gouvernement mais aussi des Sénégalais.

L’autre volet concerne l’hébergement des applications de gestion des actes d’état civil, mais également celles qui gèrent les statistiques.

‘’Nous avons aussi développé des applications qui gèrent l’auto formation en travaillant avec une plateforme des acteurs d’état civil et nous souhaitons que cela soit hébergé dans vos services’’.

Il estime que pour atteindre les objectifs de modernisation du système d’état civil, il faut agir sur l’interconnexion des centres à travers l’intranet gouvernemental.

‘’Cela va nous permettre d’interconnecter les 596 centres que nous envisageons de digitaliser. Ce qui permettra à chaque Sénégalais d’avoir son acte d’état civil sans se déplacer. L’autre aspect est de disposer d’une souveraineté dans les flux d’informations des données des Sénégalais d’un centre à un autre’’, a expliqué le directeur général de l’Anec.

A cet égard, il a souligné Senum est un support ‘’important’’ dans le processus.

Il a signalé que l’Anec a développé une politique de sécurisation de l’état civil. ‘’Avec les supports, il est utile de prendre ces éléments en compte’’, a exhorté son directeur général.

Cette signature s’inscrit dans le cadre du programme ‘’Nekkal’’ financé par l’Union européenne à hauteur de 18 milliards de francs CFA pour une période d’exécution de 40 mois, à compter de 2022. Il est mis en œuvre par Civipol, un projet d’appui au renforcement du système d’information de l’état civil et à la consolidation du fichier national d’identité biométrique au Sénégal.

 

SBS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE / Décès de El Hadji Alé Niang, la “voix” de Bambey

Bambey, 27 fév (APS) – Le président des communicateurs traditionnels de Bambey (cent…