Taïba Niassène (Nioro du Rip), 25 juin (APS) – La deuxième phase du projet Initiative des maires pour l’autosuffisance en moutons (IMAM 2) a été lancée samedi dans la commune de Taïba Niassène, dans le département de Nioro du Rip (Kaolack, centre), a constaté l’APS.

Elle avait été lancée officiellement, il y a quelques mois, à Ngoundiane, une commune de la région de Thiès (ouest) qui faisait partie des vingt-cinq communes pilotes au démarrage. Les promoteurs de cette initiative ont jugé “utile et opportun” de poursuivre ce projet qui a “un impact réel” au sein des communautés.

Cette deuxième phase est le fruit d’un partenariat entre l’Association des maires du Sénégal (AMS), initiateur du projet, le ministère de l’Élevage et des Productions animales et l’ONG EIFER International Sénégal.

Ce projet vise à atteindre cent-vingt et un mille ménages dans deux-cent-cinquante communes du Sénégal et dans dix régions du pays.

Dans la première phase de l’IMAM, la commune de Taïba Niassène, qui avait mobilisé trois millions de francs CFA, avait bénéficié de trois millions de francs CFA supplémentaires au titre de l’appui de la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (DGPSN), sans compter l’appui du ministère de l’Élevage et des Productions animales en bergeries et géniteurs ”laadoum” et celui technique de l’ONG EIFER International.

“Ce qui a permis de toucher, dès le départ, cinquante bénéficiaires dans cette opération de placement de moutons qui est la quatrième, voire cinquième génération du passage de don”, a expliqué le maire de cette collectivité territoriale de la région de Kaolack, Mouhamadou Habib Niass.

Celle-ci accorde un intérêt à cette politique et stratégie mises en place par l’État du Sénégal pour assurer l’autosuffisance en moutons, afin de réduire “de façon drastique” le lourd tribut de l’importation de moutons de Tabaski.

Mouhamadou Habib Niass a souligné que dans le cadre du projet “Kawlor”, sa commune avait aussi mobilisé cinq millions de francs CFA en fonds revolving, pour décrocher un financement de quinze millions de francs CFA qui avait permis de toucher cent-quarante-deux membres du groupe “Debbo Gallé”.

Pour cette opération de placement de brebis de la deuxième phase de l’IMAM, Taïba Niassène a mobilisé, sur fonds propres, la somme de trois millions de francs CFA au profit de vingt-cinq nouveaux bénéficiaires.

“Le ministère de l’Élevage et des Productions animales a encore apporté son appui par la mise à disposition de quatre nouvelles bergeries et quatre géniteurs +Ladoum+. Je signale que dans le cadre de ce projet IMAM, un bénéficiaire reçoit toujours deux brebis”, a précisé Mouhamadou Habib Niass.

Il a invité les bénéficiaires à veiller à la sécurité et à la bonne garde des brebis, et à respecter les obligations et conditions du passage de don.

Pour le coordonnateur du projet au niveau de l’ONG EIFER International, Mouhamadou Abib Kâ, cette initiative est une contribution au Programme national d’autosuffisance en moutons (PRONAM) mis en œuvre par le ministère en charge de l’Élevage.

“Cela prouve son alignement au Plan Sénégal émergent (PSE) qui a un objectif global de contribuer à l’augmentation de 30% de l’offre nationale de moutons, notamment de Tabaski et à la création d’emplois générateurs de revenus”, a affirmé M. Kâ.

ADE/ADC

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-EDUCATION-SOCIETE / L’IFAN présente trois travaux de recherche pour aider à mieux comprendre les inégalités de genre

Dakar, 28 mai (APS) – L’Institut fondamental d’Afrique noire de l’Université Cheikh Anta D…